VIDÉO - "J'aime me battre, n'ayez pas peur" : revivez l'arrivée de Rachida Dati au ministère de la Culture

par M.G
Publié le 12 janvier 2024 à 10h37, mis à jour le 12 janvier 2024 à 10h48

Source : TF1 Info

Rima Abdul Malak a transmis le flambeau du ministère de la Culture à Rachida Dati, ce vendredi.
Après 20 mois rue de Valois, la ministre sortante quitte le gouvernement en étant "restée libre de ses prises de position", selon ses mots.

Vingt mois après son arrivée au ministère de la Culture, Rima Abdul Malak quitte le gouvernement. Alors qu'Emmanuel Macron a souhaité donner une nouvelle impulsion à l'exécutif après les dossiers brûlants des retraites et de la loi immigration, cette fidèle de la première heure du président de la République laisse la main à Rachida Dati. 

"Mon rêve n'a jamais été d'être ministre mais de rester libre", a lancé la ministre sortante, ce vendredi 12 janvier, après une longue ovation au moment d'effectuer la passation de pouvoir rue de Valois. "Je suis restée libre de mes engagements, de mes prises de position, de mon amour pour les artistes", glisse-t-elle. 

Dans le réarmement de la France, la culture a une place essentielle.
Rachida Dati

Jusqu'ici maire du 7e arrondissement de Paris, Rachida Dati reprend le flambeau. "Je suis très fière et très émue d'avoir été nommée ministre de la Culture. Je sais personnellement ce que je dois à la culture française", a-t-elle affirmé, même si elle a reconnu que "(sa) nomination puisse surprendre". "Chacun sait que j'aime me battre, n'ayez pas peur, je serai là pour défendre l'exception culturelle (française)", a-t-elle ajouté, centrant son propos sur l'accès à la culture pour "tous les Français". "Je veux rendre la culture encore plus présente dans les villes, les régions et les territoires", a assuré l'ancienne figure des Républicains. "Dans le réarmement (de la France), la culture a une place essentielle", a-t-elle encore mis en avant. 

Au cœur de sa prise de parole, l'élue parisienne, magistrate de formation, a par ailleurs esquissé un clin d'œil à sa prédécesseuse, avec qui elle dit partager la "liberté de penser, particulièrement pour les femmes, la liberté de parole, particulièrement pour les femmes, la liberté de créer, particulièrement pour les femmes, et la liberté de diffuser, particulièrement pour les femmes"

Pour rappel, cette proche de Nicolas Sarkozy figurait jusque-là dans l'opposition, où elle s'est parfois fait remarquer pour sa véhémence. En rejoignant la majorité présidentielle, elle acte la séparation avec sa famille politique, les LR, de laquelle Éric Ciotti a annoncé jeudi son exclusion. "Rachida Dati a fait le choix d’entrer au Gouvernement. Elle se place en dehors de notre famille politique. Elle ne fait désormais plus partie des Républicains. Nous sommes dans l’opposition, nous tirons donc les conséquences de son choix avec regret", a-t-il indiqué. 


M.G

Tout
TF1 Info