24H Pujadas

Les partis pris : "Laurent Wauquiez, le mauvais exemple", "Gaz, les Français déjà sobres" , "Paris/Berlin, un couple en crise" et "Robots, les ouvriers de demain"

Publié le 21 octobre 2022 à 19h31
JT Perso

Source : 24H PUJADAS, L'info en questions

Tous les soirs, Jean-Michel Aphatie, Michel Remy, Catherine Jentile et Abnousse Shalmani donnent leurs points de vue sur un sujet d'actualité dans 24H Pujadas sur LCI.

Laurent Wauquiez se projetterait déjà vers la prochaine présidentielle. Cependant, il ne s'est jamais exprimé sur ses "dîners des sommets". Dans le Figaro, il entend rester très zen face à cette affaire. L'assemblée plénière du Conseil régional s'est même tenue en visioconférence pour esquiver les sujets embarrassants. Jean-Michel Aphatie estime que le président LR de la région Auvergne-Rhône-Alpes n'est pas un exemple en matière de transparence et que ce n'est pas comme ça qu'il sera président de la République. "Dans une démocratie, quand un dirigeant ambitionne d'être président de la République, on parle aux gens et on donne des explications", martèle-t-il.

Agnès Pannier-Runacher, ministre de la Transition énergétique de France, a annoncé que la consommation d'électricité a baissé de 5%" et celle du gaz de 14%. C'est une baisse sensible, mais Michel Remy estime qu'elle ne prend pas en compte la consommation des centrales qui fonctionnent au gaz ou encore des efforts de sobriété de chacun. De plus, la crise sanitaire a déjà incité les Français à réduire leur consommation et a invité les entreprises à ralentir leurs activités.

Plus rien ne va entre Olaf Scholz et Emmanuel Macron. Catherine Jentile explique que la guerre en Ukraine est l'élément déclencheur. Elle a entrainé la hausse des prix de l'électricité et du carburant. Nous sommes arrivés à un stade où un vieux couple ne s'entend plus. ajoute-t-elle. Catherine Jentile, a ajouté que Vladimir Poutine sera content, puisqu'il a parié sur une fracture au sein de l'Union européenne.

Les robots font partie intégrante de notre quotidien. Selon une étude, de la Fédération internationale de robotique (IFR), leur nombre a été multiplié par trois en dix ans. Une aubaine pour lutter contre la pénurie de main d'œuvre. Selon N'Fanteh Minteh, il y a un manque de pédagogie en la matière en France, car les entreprises expliquent mal ces changements organisationnels. Certes, les robots suppriment de nombreux emplois, mais ils permettent aussi aux salariés de développer d'autres compétences, voire de nouveaux postes.

Du lundi au vendredi, à partir de 18h, David Pujadas apporte toute son expertise pour analyser l'actualité du jour avec pédagogie.


La rédaction TF1 Info

Sur le
même thème

Tout
TF1 Info