Les partis pris : "Retraite, l'échauffement des oppositions", "Industrie, l'Union européenne sort le pistolet à eau" et "À Londres, le blues du regret du Brexit"

Publié le 2 février 2023 à 19h33, mis à jour le 3 février 2023 à 0h31

Source : 24H PUJADAS, L'info en questions

Tous les soirs, Jean-Michel Aphatie, François Lenglet et Abnousse Shalmani donnent leurs points de vue sur un sujet d'actualité dans 24H Pujadas sur LCI.

Jean-Michel Apathie s'est penché sur la réforme des retraites, débattue durant 27 heures en commission. "C'est du n'importe quoi", lance-t-il. Au total, 4 997 amendements sont restés non examinés. Seulement deux articles ont été examinés, dont la question des seniors et la source de financement pour la sécurité sociale. L'article 7 du projet, qui porte sur le report de l'âge légal de départ à 64 ans n'a pas été débattu. “La réforme des retraites affaiblit tout le monde. Le pouvoir, les oppositions et la société qui voit la colère enflée”. Il rajoute que pour ce qui concerne les acteurs de la politique, il faudrait être "diablement fort", pour redonner de l'optimisme et de l'énergie à une société française qui va sortir très fatiguée de cette séquence des retraites.

François Lenglet a abordé la stratégie de l'Union européenne sur la transition énergétique. Près de 369 milliards de dollars de subventions, sont destinés aux entreprises qui fabriquent aux États-Unis, dans le domaine des énergies propres et de la transition énergétique, par le biais de l'IRA (Inflation Reduction Act). Pour l'Europe, “c'est un plan marshall à l'envers”, selon notre économiste. “C'est de l'aspiration de dizaines de milliards potentiellement d'investissement industriel de l'Europe vers les États-Unis”, explique-t-il. Des conseils importants se feront les 9 et 10 février, consacrés à la réponse européenne à la loi américaine sur l'IRA.

Abnousse Shalmani a abordé le regret des Britanniques du Brexit. Crise sociale, crise économique, grève... Trois ans après le retrait britannique de l'Union européenne, "le pays va mal". Au total, 330 000 travailleurs en moins dans l'hôtellerie, les transports et le commerce de détail. L'économie est au ralenti. Près de 77% des entreprises britanniques qui commerçaient avec l'Europe ne commercent plus. Record de nombres d'entrées sur le territoire britannique avec 104 000 migrants, dont 45 756 entrées par la Manche. “La campagne était fausse, basée sur des chiffres qui étaient faux, fantaisistes. Les paris étaient impossibles”. Les derniers chiffres révèlent que 58% des Britanniques regrettent.

Du lundi au vendredi, à partir de 18h, David Pujadas apporte toute son expertise pour analyser l'actualité du jour avec pédagogie.


La rédaction de TF1info

Sur le
même thème

Tout
TF1 Info