VIDÉO - Loi immigration, colère des agriculteurs… Ce qu'il faut retenir de l'interview de Gérald Darmanin au 20H de TF1

par T.A.
Publié le 25 janvier 2024 à 22h04

Source : TF1 Info

Gérald Darmanin était l'invité du 20H de TF1, ce jeudi soir, au soir de la large censure de la loi immigration par le Conseil constitutionnel.
"Jamais la République n'aura eu une loi aussi dure contre les étrangers délinquants", s'est malgré tout satisfait le ministre de l'Intérieur et des Outre-Mer.
Le locataire de la place Beauvau est aussi revenu sur le mouvement de colère des agriculteurs ces derniers jours.

Le ministre de l'Intérieur et des Outre-Mer était l'invité du 20H de TF1 ce jeudi soir, quelques heures après la censure d'une partie de la loi immigration par le Conseil constitutionnel. Un échec pour le gouvernement ? "Non, c'est un texte très important pour les Français, estime Gérald Darmanin. Le Conseil constitutionnel a validé l'intégralité des articles proposés par le gouvernement. (...) Jamais la République n'aura eu une loi aussi dure contre les étrangers délinquants. Finies les protections pour ceux qui sont arrivés sur notre sol il y a longtemps, mais qui commettent des crimes et des délits."

La loi immigration promulguée "dans les heures qui viennent"

Le premier flic de France a aussi mis l'accent sur le volet "intégration" du texte, donnant l'exemple de la délivrance d'un titre de séjour désormais conditionnée à l'obtention d'un examen de français. "Nous avons l'intégralité des moyens qu'il nous faut, assure ainsi l'ex-maire de Tourcoing (Nord). Le Conseil Constitutionnel a validé la volonté du président de la République d'être extrêmement ferme pour lutter contre cette délinquance étrangère.

Le Rassemblement national, qui s'était réjoui d'une "victoire idéologique" de son camp après l'adoption de la loi mi-décembre, a cette fois dénoncé "un coup de force des juges" face à la censure d'une partie du texte. "Jordan Bardella raconte n'importe quoi", dénonce le ministre de l'Intérieur. "Je ne suis pas là pour jouer le jeu du petit politique, mais pour protéger les Français", a-t-il ajouté, tout en promettant une mise en œuvre rapide des mesures validées par le Conseil constitutionnel. 

Selon lui, Emmanuel Macron, devrait promulguer "dans les heures qui viennent" la nouvelle loi. La locataire de la place Beauvau va aussi rassembler les préfets vendredi matin. "J'ai pris quatre instructions pour appliquer la loi, indique ainsi Gérald Darmanin. Les préfets devront réunir en février et en mars avec leurs services tous les dossiers pour retrouver les délinquants étrangers qu'on n'a pas pu expulser précédemment parce qu'on n'avait pas les moyens."

Colère agricole : "on ne répond pas à la souffrance en envoyant les CRS"

Sur le plateau de Gilles Bouleau, le ministre de l'Intérieur est aussi revenu sur l'autre grande actualité du moment : la colère des agriculteurs qui se répand dans toute la France ces derniers jours. Les manifestants ont mené plusieurs actions devant des préfectures, comme à Agen (Lot-et-Garonne), avec du fumier projeté sur la façade du bâtiment ou à Bordeaux (Gironde), où ils ont forcé les grilles d'entrée. "Ils souffrent et ils ont le droit de revendiquer, a assuré Gérald Darmanin. Est-ce qu'on doit les laisser faire sans envoyer les CRS ? Oui."

L'ancien ministre des Comptes publics se défend de toute différence de doctrine pour encadrer ces manifestations par rapport à d'autres types de mobilisations sociales. "J'ai indiqué aux préfets que si les bâtiments publics, les gendarmes, les policiers étaient pris à partie, évidemment que nous interviendrions, a développé Gérald Darmanin. Il n'y a pas deux poids, deux mesures. (...) Lorsqu'ils ont des revendications, (...) il faut les entendre. On ne répond pas à la souffrance en envoyant les CRS." Il a aussi souhaité rendre hommage à Alexandra et sa fille, tuées mardi après qu'un automobiliste a forcé un barrage routier en Ariège.

Dans un communiqué publié ce jeudi matin, deux syndicats agricoles, la FDSEA Ile-de-France et les Jeunes agriculteurs d'Île-de-France, appellent à bloquer les principaux axes autour de Paris. "Demain, le Premier ministre fera des annonces, a par ailleurs réagi Gérald Darmanin. J'imagine que les choses s'amélioreront." Gabriel Attal et le ministre de l'Agriculture Marc Fesneau sont tous deux attendus vendredi en Haute-Garonne pour annoncer de premières mesures d'urgencepour les agriculteurs.


T.A.

Sur le
même thème

Tout
TF1 Info