Manifestations du 1er-Mai : "un nouveau palier a été franchi dans la violence", dénonce Élisabeth Borne

par B.L. avec AFP
Publié le 2 mai 2023 à 16h18

Source : TF1 Info

La Première ministre s'est insurgée contre les violences lors des manifestations du lundi 1er mai.
Elle appelle tous les "responsables publics" à condamner celles-ci "avec la plus grande fermeté", ce mardi.
Un policier a été grièvement brûlé, lundi, à Paris.

Colère de l'exécutif. Au lendemain des manifestations du 1er-Mai, Elisabeth Borne a jugé que les images de violences qui ont émaillé les cortèges syndicaux à Paris et en région illustrent qu'un "nouveau palier a été franchi dans la violence". Quelques heures après son ministre de l'Intérieur, Élisabeth Borne estime que tous les "responsables publics" doivent condamner ces violences "avec la plus grande fermeté". "Les auteurs de ces exactions" contre les forces de l'ordre "seront identifiés et traduits en justice", a promis la Première ministre face à la représentation nationale. En marge des manifestations du 1er-Mai, 540 personnes ont été interpellées en France, dont 305 à Paris. 

En dehors de ces violences, Elisabeth Borne salue "l'esprit de responsabilité" des organisations syndicales pour "la très grande majorité des manifestations" où aucune violence n'a été signalée. Et ce, quelques heures après que celles-ci ont annoncé une nouvelle journée de mobilisation. À Nantes, Lyon, ou Paris, "des groupes violents se sont mêlés à des cortèges pacifiques". Ils n'ont "qu'un objectif", a-t-elle déclaré : "s'en prendre aux forces de l'ordre, créer le désordre et le chaos".

Des domiciles de députés visés

Lundi, 406 membres des forces de l'ordre - policiers et gendarmes - ont été blessées, selon un bilan diffusé par le ministère de l'Intérieur mardi. Un jeune policier a été grièvement brûlé au niveau du visage après avoir reçu un cocktail Molotov. Pris en charge par les secours lundi, il est encore hospitalisé ce mardi, selon Gérald Darmanin et le préfet de police de Paris Laurent Nuñez. Une enquête pour tentative d'assassinat sur personne dépositaire de l'autorité publique a été ouverte par le parquet de Paris, a-t-on annoncé lundi.

Cette violence "est intolérable car elle instrumentalise le droit de manifester et qu'elle éclipse les idées", a argumenté la cheffe du gouvernement lors de la séance de questions au gouvernement. Selon Élisabeth Borne, "des domiciles se sont même introduits dans les domiciles personnels de certains députés". Ainsi, le député Renaissance Éric Bothorel - de la  5ᵉ circonscription des Côtes-d'Armor - a été réveillé par un concert de casseroles lundi à l'initiative d'une vingtaine de manifestants.


B.L. avec AFP

Tout
TF1 Info