Le gouvernement Borne II

VIDÉO - "Nous serons une opposition résolue mais responsable", affirme le patron des députés LR

M.G
Publié le 5 juillet 2022 à 10h10
JT Perso

Source : TF1 Info

Invité de LCI ce mardi, Olivier Marleix s'est dit prêt à voter certains textes de la majorité présidentielle à l'Assemblée Nationale.
Cela ne se fera pas à n'importe quelle condition, tempère toutefois le patron des députés LR.

Une situation pas si bloquée ? Faute de majorité absolue à l'Assemblée nationale, LREM - qui doit devenir Renaissance en septembre - et ses alliés doivent composer avec les oppositions pour gouverner. N'étant pas parvenus à mettre d'autres partis autour de la table pour un accord de gouvernement, la majorité doit travailler pour trouver des accords textes après textes. Une démarche à laquelle ne s'est pas montré hostile Olivier Marleix. Invité de LCI ce mardi, le patron des députés LR s'est engagé à livrer une "opposition résolue mais responsable". "Nous ne serons pas dans la course au bruit, nous ne sommes pas là pour mettre du désordre à l'Assemblée nationale", souligne-t-il, insistant sur la volonté du parti de droite de "mettre des propositions sur la table". 

"La discussion est très ouverte"

Toutefois, cette coopération ponctuelle ne se fera pas sans contrepartie. "Il faudra que le gouvernement fasse la démonstration que les mesures profitent aux Français. La discussion est très ouverte mais il faut qu'il prenne acte de nos conditions", lance le député d'Eure-et-Loir. "On est là pour obtenir des avancées pour les Français. Le gouvernement n'est pas en mesure de faire voter tout seul des textes donc il va falloir qu'il écoute les oppositions qui ont décidé d'être utiles au pays", martèle-t-il. "Je n'ai pas raison de croire que l'exécutif ne prendra pas sa part de responsabilité pour créer les conditions du dialogue", ajoute l'élu. 

On veut avoir l'assurance d'un changement de méthode

Olivier Marleix

À court terme, Olivier Marleix estime que la décision d'Élisabeth Borne de ne pas solliciter le vote de confiance à l'issue de son discours de politique générale est "pragmatique" et "normale". "On attend de savoir ce qu'Élisabeth Borne va nous dire. On veut avoir l'assurance d'un changement de méthode, un peu plus d'écoute", tempère toutefois le parlementaire. "On attend aussi des orientations sur le fond. Le pays a d'immenses défis à relever, la question de la dette qui fait que notre pays est sur le fil [...], la question du dysfonctionnement de nos services publics, la question de l'autorité...", ajoute-t-il. 

Lire aussi

"En un mot, comment on enraye le déclin de ce pays ?", conclut-il. 


M.G

Sur le
même thème

Articles

Tout
TF1 Info