Après les élections législatives, une France ingouvernable ?

VIDÉO - "Nouveau gouvernement d'action" : "Cela exprime le mépris souverain d'Emmanuel Macron", fustige Danièle Obono

La rédaction de TF1info
Publié le 25 juin 2022 à 23h13
JT Perso

Source : TF1 Info

Emmanuel Macron a "confirmé" samedi sa confiance à Elisabeth Borne "dans la durée" et a chargé la Première ministre de former un "nouveau gouvernement d'action" début juillet.
"Cela n'a aucun sens", a réagi sur LCI la députée LFI Danièle Obono.

"Cela n'a absolument aucun sens". La députée LFI Danièle Obono a vertement critiqué la mission confiée par Emmanuel Macron à Elisabeth Borne. La Première ministre est en effet chargée de sonder les groupes parlementaires sur leur "degré de coopération", afin de définir une "feuille de route" gouvernementale et former un "nouveau gouvernement d'action" début juillet.

"Le président n'a pas atterri de ses différents déplacements. On a l'impression qu'il n'y a pas eu d'élections législatives, qui ont été une remise en cause de son projet politique puisqu'une majorité d'électeurs ont voté pour des groupes d'opposition", a estimé sur LCI Danièle Obono. Selon l'élue de la France insoumise, "cela exprime son mépris souverain de la démocratie et du résultat des urnes lorsque cela ne va pas dans son sens."

"C'est un coup de com'"

Que pense la députée insoumise de l'appel du pied du président aux communistes, qui pourraient rejoindre le futur gouvernement ? "C'est un appel du pied grossier. À part offrir quelques strapontins et les honneurs d'un poste ministériel, c'est faire peu de cas du mandat pour lequel nous avons été élus", a estimé Danièle Obono. "La Nupes a un programme aux antipodes de ce que propose Emmanuel Macron. Je ne crois pas que qui que ce soit élu sur ce programme puisse se dévoyer."

"C'est un coup de com', le président fait semblant de ne pas avoir entendu le message du pays", a aussi réagi sur LCI Gilles Platret, le vice-président des Républicains. Selon ce dernier, Emmanuel Macron "fait comme s'il allait pouvoir absorber toutes les composantes de l'Assemblée alors qu'il y a trois jours il a reçu lui-même les forces politiques qui lui ont dit d'une seule voix qu'elles ne participeraient à aucun de ses gouvernements. Il le sait parfaitement pour créer du trouble, rejeter la faute sur l'Assemblée."

Lire aussi

Le président de la République a cherché à reprendre la main ce samedi soir dans une situation politique compliquée depuis le revers des législatives. Il a opéré une série de mises au point, sur la base des résultats des premières consultations avec les responsables politiques menées par l'exécutif cette semaine. D'abord sur le choix du chef du gouvernement qui sera à la manœuvre. "Voyant à la fois les refus et les disponibilités" qui se sont exprimés lors des premiers échanges avec les forces politiques, "j'ai décidé aujourd'hui de confirmer ma confiance à Elisabeth Borne", a expliqué le chef de l'Etat dans un entretien samedi après-midi à l'AFP. "Elle a ma confiance dans la durée", insiste-t-il.


La rédaction de TF1info

Sur le
même thème

Tout
TF1 Info