Le débat de l'entre-deux-tours était très attendu.
C'est presque devenu un rituel depuis 1974.
De nombreux électeurs guettent chaque mouvement qui les confortera dans leurs choix ou les fera changer d'avis.

Un débat pour avoir les idées claires. C'était l'objectif de beaucoup d'électeurs toulousains en allumant la télévision hier soir. Direction centre-ville de Toulouse, dans une boutique qui a vu son chiffre d'affaires plongé de 40% en cinq ans. Sonia a regardé le débat. Un regret : elle aurait voulu qu'Emmanuel Macron et Marine Le Pen parlent d'elle.

À la faculté de Toulouse où le candidat Mélenchon est arrivé largement en tête au premier tour, beaucoup d'étudiants sont indécis pour le second tour, d'où ce débat de l'entre-deux-tours. Il a été regardé avec attention par ces élèves en BTS.

Nous avons ensuite questionné des travailleurs du BTP et des chauffeurs routiers dans la banlieue de Toulouse. Patrick aurait voulu que les candidats parlent de la pénibilité au travail lors du débat de l'entre-deux-tours. Parmi ses collègues, beaucoup disent ne pas vouloir voter ce dimanche, c'est le cas dans le dernier sondage avec un électeur sur quatre.


TF1 | Reportage F.X. Ménage, V. Abelaneda

Tout
TF1 Info