Covid-19 : le défi de la vaccination

Pass vaccinal : "Notre objectif reste le 15 janvier", assure Clément Beaune après la suspension des débats à l'Assemblée

L. C.
Publié le 4 janvier 2022 à 11h20
JT Perso

Source : L'Invité Politique

INTERVIEW - Invité ce mardi matin face à Elizabeth Martichoux, le secrétaire d'État chargé des affaires européennes Clément Beaune a dénoncé "un coup politique" après la suspension-surprise de l'examen du projet de loi transformant le passe sanitaire en passe vaccinal.

Coup de théâtre à l'Assemblée Nationale. Dans la nuit de lundi à mardi, l'examen du projet de loi visant la transformation du pass sanitaire en pass vaccinal a été suspendu après qu'une majorité de députés ait voté à main levée l'arrêt des débats. Cette suspension-surprise, largement saluée par l'opposition, pourrait ainsi bousculer le calendrier d'adoption définitif du texte, prévu cette fin de semaine.

"Coup politique d'un cynisme absolu"

Invité ce mardi sur LCI, le secrétaire d'État chargé des Affaires européennes Clément Beaune fustige "un coup politique d'un cynisme absolu" de l'opposition, reconnaissant toutefois l'absence des députés LaREM sur les bancs de l'hémicycle. Le membre du gouvernement assure cependant que le calendrier sera maintenu. "Si c'était un revers pour le gouvernement, ce ne serait pas un problème. Le problème, c'est qu'on prend du retard sur le pass vaccinal. Mais notre objectif reste le 15 janvier", insiste-t-il face à Elizabeth Martichoux.

Après minuit, dans la nuit de lundi à mardi, le ministre de la Santé et des Solidarités Olivier Véran avoir ironisé "avoir toute la nuit" pour débattre du texte. Mardi matin, Clément Beaune dénonce des députés de l'opposition, "cachés derrière les rideaux, venus uniquement pour faire batte la majorité pour reporter l'examen du pass vaccinal. Ce n'est pas à la hauteur de la situation", tance-t-il, pointant"l'irresponsabilité" et "l'hypocrisie" de ses adversaires politiques.

"La main sur le cœur, Valérie Pécresse, Eric Ciotti, et beaucoup d'autres disent qu'ils sont en faveur du pass dans les médias et dans l'hémicycle, ils font le contraire", lâche-t-il, amer.

Discussions sur le calendrier en cours

Après la discorde autour du drapeau européen sous l'Arc de triomphe, le secrétaire d'État chargé des Affaires européennes regrette "l'incapacité à dépasser les polémiques". Reste "qu'il y a urgence" à faire voter le pass vaccinal, prévient-il. "Cet outil nous permet de vivre avec le virus et de lutter contre le variant Omicron", aujourd'hui majoritaire en France.

Lire aussi

Aussi, le gouvernement est déjà sur le pont pour continuer l'examen du texte. Des discussions sont en train de se mener entre le ministre des Relations avec le parlement et les parlementaires, confirme Clément Beaune. "On pourrait avoir une assemblée nationale qui siège ce week-end", annonce-t-il.


L. C.

Tout
TF1 Info