Votre pouvoir d'achat

"Priorité au travail" : Aurore Bergé assume que les chômeurs soient exclus de l'indemnité carburant

A. Lo.
Publié le 8 décembre 2022 à 10h41
JT Perso

Source : L'Invité Politique

La Première ministre a annoncé une aide carburant de 100 euros pour les travailleurs, excluant de fait les demandeurs d'emploi.
La présidente du groupe Renaissance à l'Assemblée nationale est venue ce choix lors de l'Interview politique de LCI.
Selon elle, les demandeurs d'emplois sont "largement aidés sur les questions de mobilité".

"Une aide ciblée pour celles et ceux qui doivent aller travailler en utilisant leur voiture." Invitée de l'Interview politique sur LCI, la présidente du groupe Renaissance à l'Assemblée nationale Aurore Bergé a défendu le choix du gouvernement de réserver l'indemnité carburant de 100 euros aux "travailleurs modestes", excluant de fait les demandeurs d'emploi ou les retraités. "Sinon, ça veut dire qu'on garderait une aide pour tout le monde", justifie la députée, expliquant que ce n'est pas tenable "budgétairement" ni "souhaitable sur les enjeux d'énergies fossiles." 

Accompagner "les plus vulnérables" qui travaillent

"On considère qu'à un moment, il faut donner une priorité au travail dans notre pays", affirme Aurore Bergé. Elle soutient par ailleurs que les demandeurs d'emploi sont "largement aidés sur les questions de mobilité", citant les aides pour acheter ou louer un véhicule ou pour obtenir des titres de transports et qui sont réservés à cette catégorie de la population. "Ce n'est pas comme s'il n'y avait aucune aide", juge-t-elle.

Elle a par ailleurs ajouté que les travailleurs ayant un véhicule électrique pourront aussi bénéficier de l'aide, sans préciser combien de temps cette indemnité carburant serait mise en place. Pour le moment, elle devrait être disponible début janvier et ça pour l'ensemble de l'année 2023. "C'est légitime d'accompagner celles et ceux qui sont les plus vulnérables", défend Aurore Bergé.

Lire aussi

Cette indemnité carburant vient remplacer la ristourne de 10 centimes par litre que le gouvernement avait mis en place ces derniers mois. Ce nouveau dispositif devrait couter un milliard d'euros à l'État. Suite à cette annonce, le président du Parti socialiste, Olivier Faure a regretté que cette aide "ne concerne pas tous les Français", tandis que le chef de file des députés LR, Olivier Marleix, a estimé qu'elle était "moins efficace" que la ristourne à la pompe.


A. Lo.

Sur le
même thème

Tout
TF1 Info