Élection présidentielle 2022

La charge courroucée d'Anne Hidalgo contre Eric Zemmour

La rédaction de LCI
Publié le 31 octobre 2021 à 14h05, mis à jour le 31 octobre 2021 à 14h13
JT Perso

Source : TF1 Info

L'essentiel

CAMPAGNE PRÉSIDENTIELLE – Dans l'émission Le Grand Jury sur LCI ce dimanche, c'est une Anne Hidalgo en colère qui a refusé tout débat hypothétique avec Eric Zemmour, le qualifiant notamment de "guignol".

Invitée du Grand Jury LCI-Le Figaro ce dimanche 31 octobre, la maire de Paris et candidate socialiste à la présidentielle a eu l’occasion d’égrener quelques-unes de ses propositions de son programme, comme le recrutement de 10.000 postes de policiers. Mais Anne Hidalgo a aussi été interrogée sur Eric Zemmour et sur son souhait ou non de débattre avec lui sur le sujet de l’immigration, sans qu’il soit candidat lui-même. 

Un appel lancé au CSA et aux médias

La maire de Paris s’est refusée à quelque débat que ce soit avec le polémiste, plusieurs fois condamné pour "provocation à la haine religieuse" : "Je ne débats pas avec un négationniste, je ne débats pas avec un raciste. Un débat avec Zemmour, peut-être pour les autres mais pas pour moi". 

C’est un guignol

Anne Hidalgo au sujet d'Eric Zemmour, le 31 octobre sur LCI

Anne Hidalgo a par ailleurs tenu à faire passer un message clair à cette occasion, considérant qu’"Eric Zemmour occupe l’espace médiatique de manière éhontée" et lançant "un appel au CSA", l'autorité française de régulation de l'audiovisuel, afin qu’il joue "son rôle concernant" l’ancien journaliste politique. 

Faisant référence à la vie politique allemande, où les thèmes majeurs des récentes élections fédérales n'ont pas été les mêmes qu'en France (beaucoup d’environnement pour peu d’immigration), Anne Hidalgo, fille d'immigrés espagnols ayant fui le régime de Franco, a poursuivi sur l’espoir d’un débat similaire dans le pays, dans les mois à venir : "J’en appelle à ce que cette élection présidentielle soit une vraie élection avec un vrai débat et pas une candidature d’un guignol. C’est un guignol qui est en train de porter notre pays vers une situation qui ne correspond en rien à ses valeurs. Je veux que le débat de cette élection porte véritablement sur la vie des Françaises et des Français".

Remontée, la candidate socialiste a aussi appelé à une prise de conscience collective concernant la place accordée aujourd’hui à Eric Zemmour. "Réveillez-vous les journalistes", a martelé cette dernière à plusieurs reprises. "Ce qui est en train de se passer avec Eric Zemmour est dangereux d’abord pour notre démocratie et pour notre République. Donc réveillez-vous !"