Élection présidentielle 2022

VIDÉO - Candidats à la présidentielle recherchent parrainages

TF1 | Reportage M. Desmoulins - F. Petit- O. Stammbach
Publié le 28 janvier 2022 à 15h29, mis à jour le 28 janvier 2022 à 15h59
JT Perso

Source : JT 20h Semaine

C'est le début d'une course de fond pour les candidats à l'élection présidentielle.
Ils ont jusqu'au 4 mars pour récolter 500 parrainages.
Pour certains, c'est une formalité, pour beaucoup d'autres, la tâche est bien plus ardue.

Deux à trois fois par semaine, ces deux militants rencontrés par les équipes de TF1 partent en tournée dans tout le département du Nord. L'objet de leur quête : récolter un par un les parrainages pour Jean-Luc Mélenchon. Premier arrêt : 3 minutes chrono pour essuyer un refus. "On a l'habitude", expliquent-ils dans le reportage en tête d'article.

Depuis que tous les parrainages sont rendus publics, le sujet est ultrasensible pour les maires. À tel point que ce jour-là, seulement un seul élu a accepté la présence de caméras, et sa réponse est tout aussi prudente. À dix semaines du premier tour, il y a urgence à trouver les dizaines de signatures manquantes.

42.000 élus habilités à parrainer

En 2017, sur les 42.000 élus habilités à parrainer, seul un sur trois avait accordé sa signature, et ce chiffre pourrait encore être plus basse cette année. À Châteaudun, le maire a bien reçu des dizaines de demandes, pourtant, il ne donnera suite à aucune d'entre elles par prudence, de peur de voir ses subventions diminuer. Pour convaincre, il faut donc redoubler d'efforts dans les QG. 

Chez Eric Zemmour, où il manquerait une centaine de signatures, des dizaines de bénévoles s'activent pour décrocher les rendez-vous et se heurtent souvent aux mêmes difficultés que sur le terrain. Face à toutes ces difficultés, certains candidats, de Marine Le Pen à Jean-Luc Mélenchon, réclament l'anonymat pour les parrains. Même si tous reconnaissent l'intérêt de ce filtre démocratique.


TF1 | Reportage M. Desmoulins - F. Petit- O. Stammbach

Tout
TF1 Info