DÉCLARATION - Dans une interview fleuve, l'actuel président Emmanuel Macron a évoqué, en plus du pass vaccinal, une possible candidature pour 2022. Il a assuré vouloir clarifier sa position "dès qu'il y aura les conditions sanitaires qui le permettent".

À demi-mot, le président de la République a à nouveau exprimé son envie de se présenter à la présidentielle de 2022, tout en assurant que le temps pour une déclaration officielle de candidature n'était pas encore venue. Dans un entretien pour Le Parisien, Emmanuel Macron s'est justifié en évoquant les "décisions importantes à prendre à très court terme face à la pandémie" qui l'obligerait à mettre ses "choix personnels" de côté. 

Une déclaration dès que les conditions sanitaires le permettront

En effet, l'actuel chef de l'État n'a pas caché qu'il avait toujours "beaucoup d'ambition" pour la France. "J'ai envie", a-t-il déclaré face aux questions des lecteurs du Parisien qui évoquait un nouveau mandat, ajoutant qu'il n'y avait pas "de faux-suspens". Tout en laissant penser le contraire.

Car, comme il avait pu le faire sur le plateau de TF1/LCI en décembre dernier, Emmanuel Macron n'a pas répondu clairement à cette possible candidature, affirmant : "Cette décision se consolide en mon for intérieur. J'ai besoin d'être sûr d'être en capacité d'aller aussi loin que ce que je veux". 

S'il a même donné quelques directions concernant un éventuel programme, estimant que la question était "de restaurer la force de notre nation et de faire face aux défis qu'on a évoqués, écologiques, éducatifs, sanitaires", c'est justement via cette dernière thématique que le président n'a pas souhaité officialiser sa candidature. "Si je m'exprime aujourd'hui, quelle va être ma capacité à gérer le pic de la crise sanitaire ?", s'interroge-t-il ainsi.

Assumant une décision qui viendrait donc "plus tôt que tard, compte tenu du calendrier", le chef de l'État a donc renvoyé une possible déclaration "dès qu'il y aura les conditions sanitaires qui le permettent et que j'aurai clarifié ce sujet, en moi-même et par rapport à l'équation politique". "Je ne veux rien m'interdire", a conclu Emmanuel Macron.


AL

Tout
TF1 Info