Élection présidentielle 2022

Présidentielle : la campagne électorale démarre enfin, se réjouit Dominique Reynié sur LCI

par Matthieu DELACHARLERY
Publié le 15 mars 2022 à 11h14
JT Perso

Source : TF1 Info

Sur le plateau de TF1 ce lundi soir, huit des douze candidats à la présidentielle ont pu exposer leurs idées.
Le politologue Dominique Reynié, invité de LCI ce mardi matin, a le sentiment que la course à l'Élysée démarre enfin.

À tout juste 26 jours du premier tour, malgré du retard à l’allumage, la course à l’Élysée est enfin lancée : ce lundi soir sur le plateau de TF1, huit des douze candidats à l’élection présidentielle, dont Emmanuel Macron, ont pu confronter, les uns après les autres, leurs idées à l’occasion de la première grande soirée électorale. "On a le sentiment de voir enfin quelque chose qui ressemble à la campagne électorale qu’on appelle de nos vœux. C’est un point positif", constate, ce mardi au micro de LCI, Dominique Reynié, directeur général de la Fondation pour l’innovation politique et ancien élu UMP (ex-LR).

La posture du président-candidat dans la crise actuelle montre un Emmanuel Macron à la manœuvre. Une position qui le place en quelque sorte au-dessus de la mêlée et qui favoriserait, selon ses rivaux, son éventuelle reconduction. "La raison est double : Il y a une forme de ralliement au chef mais il y a aussi la faiblesse des compétiteurs", pointe le politologue Dominique Reynié.  "L’entrée en compétition a été tardive, insuffisamment musclée ou mal préparée. Pour le président sortant, c’est un avantage", souligne-t-il. 

Lire aussi

On manque de discussions et de délibérations. De ce fait, les électeurs se repèrent à partir de personnalités

Le politologue Dominique Reynié

Difficile de ce fait pour les électeurs de se faire une idée sur le choix du candidat que remportera leur scrutin. "Il est vrai que la campagne est empêchée par la crise. Et il est vrai également qu’Emmanuel Macron a intérêt à ce qu’il n’y ait pas de débat sur son bilan", admet Dominique Reynié. "On manque de discussions et de délibérations. Et de ce fait, les électeurs se repèrent à partir de personnalités, au premier rang desquels le président Macron", ajoute-t-il. Mais pour ce spécialiste, cette situation dessine une crise plus profonde. "Les Français sont laissés à l’abandon politique. Et cela risque de se solidifier après la présidentielle, avec les législatives", prédit-il.


Matthieu DELACHARLERY

Tout
TF1 Info