Valérie Pécresse, candidate de la droite pour la présidentielle

Insulté après avoir rallié Emmanuel Macron, Eric Woerth se félicite du "soutien" de Nicolas Sarkozy

L.C.
Publié le 16 février 2022 à 10h09
JT Perso

Source : L'Invité Politique

Invité ce mercredi 16 février sur LCI, le député de l'Oise Éric Woerth assume son ralliement à Emmanuel Macron.
Suite à sa décision, l'élu, aujourd'hui écarté des Républicains, a reçu des messages d'insultes.
Mais aussi des soutiens, dont celui de Nicolas Sarkozy.

C'est une décision qu'Éric Woerth a prise courant janvier et annoncé publiquement la semaine passée : il soutiendra Emmanuel Macron, pas encore candidat déclaré, et non Valérie Pécresse pour l'élection présidentielle. La nouvelle avait fait l'effet d'une bombe dans le camp des Républicains dont le président, Christian Jacob, lui a demandé de quitter les rangs. "Il y a un minimum de dignité à avoir envers ceux qui ont toujours été à ses côtés" avait-il lancé, ajoutant : "Ses affaires judiciaires ont sans doute pesé" dans sa décision.

Invité ce mercredi 16 février sur LCI, Éric Woerth, par ailleurs président de la Commission des finances de l'Assemblée nationale, regrette les propos de son ancien camarade et revient sur cette semaine tumultueuse. "Il y a quelque limite à la décence. Ça m'a blessé", souffle le député de l'Oise. "Il y a un mouvement de panique dans le camp des Républicains" qui, comme à l'extrême droite, souffre de plusieurs défections depuis le début de la campagne

"Une dérive idéologique de LR"

"J'ai aussi reçu des injures très dures sur mon nom à consonance allemande, du genre, on sait ce que tu aurais fait pendant la guerre (...) on est dans un monde assez brutal, révèle l'élu. Et puis, j'ai aussi eu beaucoup de courriers ou de tweets de soutien, des messages de compréhension." Dans le lot, l'un d'entre eux a compté plus que les autres : celui de Nicolas Sarkozy. L'ancien chef d'État qui, n'a toujours pas révélé son soutien pour l'échéance présidentielle, a maintenu son appui pour son ancien ministre. "Il a dit qu'il était mon ami et qu'il me soutenait personnellement", raconte Éric Woerth. Pour le reste, "je ne sais pas ce qu'il fera ni où il ira."

Lire aussi

En décidant de rallier Emmanuel Macron, le député rappelle qu'il "n'attaque personne. Je ne dis pas à mes camarades qui soutiennent Valérie Pécresse qu'ils ont tort." Pour lui, "on ne peut pas à assister à une dérive idéologique de LR depuis des années sans réagir", explique-t-il. "Valérie Pécresse et Xavier Bertrand sont partis des Républicains pour les mêmes raisons et ils sont revenus." En ces temps de campagne, "où il y a une cristallisation de la politique, il a fallu faire un choix", assume Éric Woerth sur LCI.


L.C.

Tout
TF1 Info