Pour la première fois, le bulletin de salaire d’un président de la République est révélé au grand jour.
La fiche de paie d'Emmanuel Macron est disponible en ligne sur une plateforme associative visant à simplifier l’accès aux documents administratifs.
Une publication obtenue de haute lutte alors qu'en France, l’accès aux documents administratifs perçus dans le cadre d’une mission de service publique est un droit.

Emmanuel Macron a gagné 14.523,94 euros en décembre 2023, et 14.586,32 euros en janvier, avant impôt. Un scoop ? Non, puisque la rémunération du président de la République est une information publique. On sait par exemple que François Hollande l'avait fait baisser de 30%, là où Nicolas Sarkozy s'était augmenté de 170 %. En revanche, la publication de sa fiche de paie est totalement inédite. On la doit à un journaliste, Xavier Berne, qui a mis en ligne sur son site "Ma dada" (pour "demande d’accès aux documents administratifs", NDLR), une plateforme associative visant à simplifier leur consultation, les bulletins de salaire du chef de l'État des mois de décembre 2023 et janvier 2024.

madada.fr

Même si certaines informations sont occultées, on y apprend notamment qu'Emmanuel Macron est employé "à temps complet" et que sa rémunération mensuelle comprend une indemnité de résidence de 3% et une indemnité de fonction, à hauteur de 3194 euros, ce qui veut dire qu'en réalité, sa rémunération globale tourne autour des 12.000 euros, avant impôt. À titre de comparaison, le président des États-Unis touche le double, soit 30.650 euros. 

madada.fr

Une loi de 1978

Mais comment Xavier Berne a-t-il obtenu gain de cause ? Ce dernier révèle sur X (ex-Twitter) avoir envoyé un mail à l’Élysée le 22 février, "au titre du droit d’accès aux documents administratifs, tel que prévu notamment par le Livre III du Code des relations entre le public et l’administration", et avoir obtenu une réponse "fin avril". Cela peut paraitre simple. En apparence seulement, car l'État a longtemps été réticent face à ce genre de requête. 

En 2020 déjà, une chercheuse de l’Observatoire de l’éthique publique souhaitant accéder à ce document s’était vue essuyer un refus de la part du cabinet de l’Élysée. Le litige a finalement été porté devant le tribunal administratif, qui a donné raison au journaliste et à la chercheuse de l’Observatoire de l’éthique publique.

Une loi de 1978 permet en effet à n’importe qui d’"obtenir communication des documents détenus par une administration dans le cadre de sa mission de service public, quels que soient leur forme ou leur support", rappelle le site du ministère de l’Économie. "En France, toute personne peut donc demander, sans avoir à se justifier, les documents 'produits ou reçus' dans le cadre d’une mission de service public (par l’État, les collectivités territoriales, les entreprises comme La Poste ou la SNCF…)", insiste de son côté Xavier Berne sur X.

Beau joueur, le journaliste a salué la réactivité des services du chef de l'État :  "Merci l’Élysée et bravo pour cet effort de transparence !", a-t-il lancé sur X.


Virginie FAUROUX

Tout
TF1 Info