L'info passée au crible

Qui sont les grands gagnants des baisses d'impôts sous le quinquennat Macron ?

M.G
Publié le 23 septembre 2021 à 16h28
JT Perso

Source : JT 20h Semaine

FISCALITÉ - Selon Bercy, les impôts payés par les Français auront baissé de plus de 50 milliards d'euros au terme des cinq ans de mandat d'Emmanuel Macron. Est-ce le bon chiffre ? À qui les allègements fiscaux ont-ils le plus profité ?

Une ristourne totale de 52 milliards d'euros sur cinq ans. La baisse de l'impôt sur le revenu (13 milliards d'euros) et la suppression progressive de la taxe d'habitation (39 milliards d'euros) ont permis un net allègement fiscal dans l'Hexagone sur l'ensemble du quinquennat Macron. Deux mesures qui ont, indiscutablement, permis d'augmenter le pouvoir d'achat des Français. Au moins de certains d'entre eux. 

Concrètement, la réduction de l'impôt sur le revenu s'est surtout traduite en 2020 par le recul du taux de la deuxième tranche, de 14 à 11%. D’après les chiffres du ministère de l’Économie relayés cette semaine par Le Parisien, 18,2 millions de foyers fiscaux auront bénéficié d’une baisse d’impôt grâce à cet ajustement d’ici à la fin du quinquennat, pour un montant total de 13,1 milliards d’euros. En moyenne, les ménages concernés enregistreront alors un gain moyen de 720 euros. Dans le détail, c’est dans l’Aisne que le gain moyen généré par la baisse de l’impôt sur le revenu est le plus élevé (785 euros). À l’inverse, c’est à Mayotte (483 euros en moyenne), en Martinique (537 euros) et en Guadeloupe (552 euros) que les économies réalisées sont les plus modestes.

La taxe d'habitation supprimée pour 25 millions de foyers

Par ailleurs, la suppression de la taxe d’habitation sur la résidence principale aura profité sur la période mai 2017-mai 2022 à 24,6 millions de foyers. De leur côté, les 20% de ménages les plus aisés qui la paient encore verront son montant encore réduit cette année, avant sa suppression totale en 2023. À terme, cette réforme représentera un gain de 39,3 milliards d’euros pour les habitants de l'Hexagone, soit 1583 euros en moyenne. Commerçant à Issy-les-Moulineaux et habitant d’Asnières-sur-Seine, Jean-Philippe Boujena ne paye plus de taxe d’habitation depuis l’année dernière. "Je suis locataire. Je paye un loyer d’environ 600 € par mois. Ma taxe d’habitation était de 300 €, je ne l’ai plus maintenant. Je peux mettre de côté", se félicite-t-il dans la vidéo du 20H de TF1 en tête de cet article.

Lire aussi

La classe moyenne a bénéficié de la baisse des impôts

Anne-Sophie Alsif, cheffe économiste du cabinet d'audit et de conseil "BDO France"

Plus précisément, en épluchant les données communiquées par la direction générale des finances, certains profils de "gagnants" de cette baisse d'impôts peuvent être identifiés. Pour un célibataire, habitant en ville et gagnant 16.000 euros par an, le gain est par exemple de 842 €. Le gain monte à 2661,80 € pour un couple avec des enfants, avec un revenu annuel total d’environ 40.000 €. C’est encore mieux pour un couple au même niveau de vie mais n’ayant pas d’enfant (- 4653,70 €). "C’est vraiment la classe moyenne qui vit dans les grandes villes ou les villes périurbaines qui a pu bénéficier de la baisse des impôts locaux", résume Anne-Sophie Alsif, cheffe économiste du cabinet d’audit et de conseil "BDO France". "Et puis les catégories supérieures", ajoute-t-elle, en référence à la refonte de l’impôt sur la fortune (ISF) en impôt sur la fortune immobilière (IFI).


M.G

Tout
TF1 Info