Retraites : les coupures volontaires, "pas la manière la plus responsable de manifester"

par TD
Publié le 20 janvier 2023 à 10h02
Retraites : les coupures volontaires, "pas la manière la plus responsable de manifester"

Agnès Pannier-Runacher est revenue ce vendredi dans la matinale de LCI sur la mobilisation contre la réforme des retraites.
L'ampleur des manifestations, assure-t-elle, n'est pas surprenante, mais ne remet pas en cause le texte.
Elle regrette les coupures volontaires de courant et estime que ces pratiques ne doivent pas être acceptées.

Invitée de la matinale de LCI, la ministre de la Transition écologique a logiquement été interrogée sur l'ampleur des manifestations qui ont été observées en France jeudi. Une opposition à la réforme des retraites affichée dans la rue et qui n'a pas surpris Agnès Pannier-Runacher. "La mobilisation était annoncée, a été importante, mais ce n'est pas surprenant", a-t-elle glissé. Qu'importe le nombre exact de personnes mobilisées à ses yeux, "on ne va pas faire de bataille de chiffres", l'important restant à ses yeux de porter un texte en mesure de "sauver notre système de retraite".

La réforme "suscite des oppositions, des inquiétudes", a-t-elle reconnu, en ajoutant toutefois qu'elle ne connaît aucune texte "qui demande des efforts et fasse l'unanimité". La représentante du gouvernement ajoute que des négociations ont eu lieu et ont permis notamment une meilleure prise en compte des carrières longues, tout en améliorant la condition des femmes, aujourd'hui pénalisées par rapport aux hommes.

Les coupures volontaire, une ligne jaune franchie

Revendiquées par la CGT, deux coupures volontaires de courant ont été observées jeudi en marge des mouvements de contestation à travers le pays. "À ma connaissance, il n'y en a pas eu d'autres", commence par préciser Agnès Pannier-Runacher, avant de déplorer de telles actions. 

"Réaliser de telles coupures, c'est illégal et ça peut parfois être dangereux", souligne-t-elle. "Ce n'est pas la manière la plus responsable de manifester", renchérit la ministre, qui se dit attachée au droit de grève sans pour autant juger acceptable que la France soit bloquée et que des actes défendus par la loi soient commis. En conséquence, appelle-t-elle à des sanctions ? "C'est à Enedis de faire respecter la loi", estime-t-elle, sans réclamer directement que soient visés les auteurs des coupures. 


TD

Sur le
même thème

Tout
TF1 Info