Retraites : Emmanuel Macron "n'a pas pris en traître les Français", défend Eric Woerth

TD
Publié le 16 janvier 2023 à 10h17
Retraites : Emmanuel Macron "n'a pas pris en traître les Français", défend Eric Woerth

Invité d'Adrien Gindre dans la matinale de LCI, l'ancien ministre Eric Woerth a défendu bec et ongles la réforme des retraites.
Elle se révèle nécessaire pour assurer l'avenir du système pas répartition, explique-t-il.
Le député rappelle que le gouvernement n'a jamais caché sa volonté de mener à bien une telle réforme, y compris lors de la campagne présidentielle.

Alors que le lancement de la mobilisation sociale contre la réforme des retraites approche, prévue le 19 janvier, Eric Woerth était ce lundi sur le plateau de la matinale de LCI pour soutenir le texte. Le député Renaissance, transfuge de LR, ne s'oppose pas aux appels à manifester, qui constituent à ses yeux une "expression démocratique", mais il appelle les Français à une forme de cohérence.

Le gouvernement, assure-t-il, "ne renoncera pas". Parce que "le texte est bon", à ses yeux, mais aussi en raison du déficit annoncé du système dans les années à venir, qui le rend "injuste" puisque ne permettant pas de garantir aux générations qui prendront leur retraite à l'avenir des niveaux de pensions constants. Par ailleurs, Eric Woerth insiste sur le fait que la situation actuelle soulève certains paradoxes : "Quand on interroge les Français, ils se montrent très attachés au système par répartition, mais ils disent non quand on leur demande les efforts nécessaires pour le conserver", tacle l'ancien ministre.

LR, un allié providentiel

Après avoir durant plusieurs décennies fait partie du RPR, de l'UMP puis de LR, l'élu de l'Oise connaît parfaitement la droite, qui sera un allié majeur pour faire voter la réforme au Parlement. Un texte dans la lignée de ceux portés par le passé par son ancienne famille politique. À ceci près qu'en 2010, "Nicolas Sarkozy n'avait pas annoncé plus tôt dans sa campagne qu'il allait réformer les retraites". Aujourd'hui, poursuit-il, "personne ne peut dire que le président de la République prend en traître les Français" puisque ce projet était porté par Emmanuel Macron, y compris avant sa réélection.

Si Eric Woerth estime que le 49.3 ne sera pas nécessaire pour entériner la réforme, c'est en partie car il sait que le camp LR constituera un soutien dans l'hémicycle. "Je n'ai aucun doute que les Républicains suivent, on est dans le cœur de leurs convictions", note-t-il, avant d'ajouter que "la plupart des réformes des retraites ont été portées par la droite". Il se réjouit d'ailleurs que LR ait pu faire évoluer le texte, via notamment le choix d'un âge légal à 64 ans. "C'est bien qu'il y ait un peu de consensus", selon le député.


TD

Tout
TF1 Info