Selon les informations de TF1 et LCI, Emmanuel Macron va adresser ce vendredi un courrier à l'intersyndicale qui demande à être reçue par le chef de l'État.
Encore ce vendredi matin, le leader de la CGT se désolait que le président n'ait pas répondu à leur lettre, envoyée jeudi à l'Élysée.
Après la mobilisation record de mardi, les syndicats réclament le retrait de la réforme des retraites.

La contestation contre la réforme des retraites va s'amplifier si le mouvement social continue de faire l'objet de "l'indifférence" et du "mépris" du pouvoir, a promis Philippe Martinez (CGT) jeudi. La raison de sa colère ? Le refus d'Emmanuel Macron de recevoir l'intersyndicale, qui lui avait adressé un courrier en ce sens ce même jour pour être reçus par le chef de l'État. Ce vendredi sur BFMTV, le leader syndical a confirmé qu'à l'heure actuelle, "non", le président de la République n'avait pas répondu à la lettre des syndicats. Selon les informations de TF1 et LCI, cela devrait être fait dans la journée.

Son entourage a en effet confirmé qu'Emmanuel Macron devrait répondre ce vendredi "par courrier" aux syndicats qui demandent à être reçus par le chef de l'État. Mais aucun timing n'a été précisé. 

Après la mobilisation record de mardi dans la rue, l'intersyndicale avait demandé à être reçue en urgence par le chef de l'État pour qu'il retire sa réforme. La Première ministre Elisabeth Borne lui avait indirectement opposé une fin de non-recevoir mercredi en assurant que la porte du ministre du Travail, Olivier Dussopt, restait "toujours ouverte"

"Quand il y a des millions de personnes qui sont dans la rue, des millions de personnes qui sont en grève (…) quel est le rôle du président de la République, de jeter de l'huile sur le feu ou de calmer le jeu et dire : on va regarder, je me suis trompé ?", s'était interrogé Philippe Martinez.


J.F. avec le service politique de TF1 et LCI

Tout
TF1 Info