Le gouvernement entre dans la dernière ligne droite pour faire voter sa réforme des retraites.
Afin d'éviter le 49.3, Élisabeth Borne martèle ce mardi qu'une "majorité existe" à l'Assemblée nationale.
Elle appelle la droite à voter le texte, ce qui ne serait "pas un soutien au gouvernement".

Semaine cruciale pour le gouvernement. Ce mercredi, députés et sénateurs se réuniront en Commission mixte paritaire (CMP) pour déterminer de l'avenir de la réforme des retraites. Les deux chambres seront ensuite invitées à se prononcer. Si l'issue du scrutin ne fait guère de doutes au Sénat, qui a déjà voté favorablement le texte, à l'Assemblée nationale, la donne est différente. L'exécutif fait tout pour parvenir à un accord avec suffisamment de députés LR, et ainsi éviter d'utiliser le redoutable, mais périlleux, 49.3.

"Nous arriverons dans quelques jours au terme d'un long processus de travail, de concertations et de débats", a fait savoir ce mardi Élisabeth Borne à l'Assemblée nationale. "Au Sénat, le texte a été discuté jusqu'au bout et adopté. À l'Assemblée nationale, l'obstruction organisée a accaparé le débat." Mais elle veut croire que la chambre basse votera le texte. "Dans cette Assemblée, une majorité existe, qui croit au travail, y compris au travail des séniors", a-t-elle lancé. "Une majorité existe qui croit au système de retraites par répartition et veut garantir à notre jeunesse qu'elle en bénéficiera."

Voter le texte, "pas un soutien au gouvernement"

"Une majorité existe qui refuse de financer les retraites par plus d'impôts, plus de charges et moins de pensions", a poursuivi la Première ministre, avant de lister toutes les raisons pour que l'Assemblée vote le texte. "Une majorité existe qui croit que ceux qui ont commencé à travailler tôt devront partir plus tôt à la retraite ; qui veut mieux protéger ceux qui ont un métier difficile et permettre à ceux qui ont été usés par le travail de partir plus tôt à la retraite ; qui sait que la plupart des régimes spéciaux n'est plus justifiée et qu'il faut les fermer ; qui pense qu'il faut augmenter les petites pensions des futurs retraités comme des retraités actuels ; qui veut réduire les inégalités de pensions entre les femmes et les hommes ; qui n'a pas peur des réformes, même impopulaires, quand elles sont nécessaires ; qui fera toujours passer la responsabilité avant l'affichage, la posture ou les petits calculs du coup d'après ; qui ne se laisse intimider ni par les insultes, ni par les menaces, ni par le vandalisme sur les permanences."

"Une majorité existe pour garantir aujourd'hui l'avenir de nos retraites, et, demain, assumer des désaccords ou des oppositions sur d'autres sujets", a également lancé Élisabeth Borne à destination de la droite. "La CMP se réunira demain sur notre projet pour les retraites, vous serez ensuite conduits à vous exprimer sur ce projet, sur ce projet seulement, et pas sur un soutien au gouvernement", a-t-elle martelé. "Nous sommes pleinement engagés pour que dans les prochains jours, une majorité vote la réforme des retraites."


I.N

Tout
TF1 Info