"Rendez-vous avec la Nation" : les sujets sur lesquels Emmanuel Macron est attendu

Publié le 15 janvier 2024 à 17h54, mis à jour le 16 janvier 2024 à 16h48

Source : TF1 Info

Le président de la République organise ce mardi une conférence de presse à 20h15 (en direct sur TF1 et LCI).
Un moyen pour Emmanuel Macron de s'exprimer directement devant les Français, une semaine après la nomination de Gabriel Attal à Matignon.
De quoi va-t-il parler ?

Il avait promis un "rendez-vous avec la Nation" début janvier 2024. Le voici. Ce mardi, à 20h15, le président de la République Emmanuel Macron organise une conférence de presse depuis l'Élysée (à suivre en direct sur TF1, LCI, TF1+ et TF1info). Un exercice (presque) inédit pour le chef de l'État, qui doit lui permettre d'aborder de nombreux sujets, moins d'une semaine après la nomination de Gabriel Attal en tant que Premier ministre. Emmanuel Macron commencera sa conférence de presse par "un propos liminaire", indique l'Élysée, suivi "d'une séance de questions/réponses avec la salle".

Avec Gabriel Attal, Emmanuel Macron promet "d'agir et d'accélérer"

Nul doute que le plan politique figurera au menu, tant les derniers jours ont été agités du côté du gouvernement. La semaine dernière, Emmanuel Macron a décidé de se séparer d'Élisabeth Borne en tant que Première ministre, pour la remplacer par l'un des benjamins du gouvernement, Gabriel Attal, 34 ans. Un choix qui a interrogé jusque dans les rangs de la majorité, François Bayrou soulignant "l'expérience nécessaire" pour Matignon.

Emmanuel Macron a ensuite nommé un gouvernement resserré - 11 ministres de plein exercice -, dont la majorité des membres proviennent de la droite. Quelle feuille de route a-t-il fixé à Gabriel Attal ? Qu'attend-il de l'un des membres de la majorité les plus populaires dans l'opinion

Ce lundi soir, devant sa majorité réunie à l'Élysée, le chef de l'Etat est revenu, pour la première fois, sur ce choix. "J'ai décidé de nommer le Premier ministre le plus jeune de la Ve République pour poursuivre cette voie du dépassement, avec une volonté d'agir et d'accélérer dans l'action", a-t-il plaidé, selon des propos rapportés à TF1/LCI par des sources parlementaires. "Demain, je ferai ici une conférence de presse pour donner les grands axes et après, le Premier ministre présentera les grandes décisions à prendre dans sa déclaration de politique générale."

Les élections européennes, l'échéance cruciale

Ce gouvernement a-t-il d'ailleurs été nommé pour mener la bataille des élections européennes ? C'est ce qu'a sous-entendu ces derniers jours le ministre de l'Intérieur, Gérald Darmanin. Le scrutin du 9 juin est le seul vote national avant la prochaine présidentielle, en 2027, et la liste de la majorité est largement devancée par celle du Rassemblement national de Jordan Bardella dans les sondages.

"Je n'oublie pas que nous sommes à un moment de choix", a-t-il indiqué lundi soir devant la majorité présidentielle. "Il nous faudra toutes et tous nous mobiliser dans la bataille, car le bloc central est le seul qui s'engage dans la bataille, uni, pour l'Europe."

Emmanuel Macron, qui se présente depuis sept ans comme un grand défenseur de l'Europe, va-t-il lui-même donner le coup d'envoi de la campagne de son camp ? Après une année 2023 marquée par un 49.3 sur la réforme des retraites et une loi immigration controversée, le chef de l'État sait qu'un revers électoral compliquerait la fin de son second quinquennat. Un "choix décisif" s'offre aux Français, a-t-il d'ailleurs souligné lors de ses vœux, le 31 décembre dernier.

2024, année de grands rendez-vous

D'autant que ces élections ont lieu durant une année qui place la France au centre de l'attention. Jeux olympiques et paralympiques, 80ᵉ anniversaire du débarquement, réouverture de Notre-Dame de Paris, sommet de la Francophonie... L'année 2024 regorge d'événements internationaux dans l'Hexagone, qui peuvent aussi, en cas de réussite, faire la fierté de la France. Autant d'éléments qu'Emmanuel Macron devrait mettre en avant.

École, hôpital... Comment "réarmer" les services publics ?

C'est un mot qui revient régulièrement dans les propos d'Emmanuel Macron ces dernières semaines : le "réarmement". Celui des services publics est affiché comme un objectif. À l'instar de l'école, dont Gabriel Attal était en charge depuis juillet 2023, et qu'il "emmène à Matignon". Quelles seront les prochaines mesures, alors que la nouvelle ministre de l'Éducation nationale, Amélie Oudéa-Castéra, est empêtrée dans une polémique autour de la scolarisation de ses enfants ? Quid de l'hôpital, dont la récente annonce de "32 milliards d'euros" de moyens supplémentaires est qualifiée de "coup de communication trompeur" par les syndicats hospitaliers ?

Sur ces sujets, nul doute qu'Emmanuel Macron voudra rappeler son cap, même si la feuille de route précise, elle, ne devrait pas être connue avant plusieurs jours. Le président de la République compte surtout s'inscrire dans "le temps long" avec un "propos de sens et de mobilisation", assure un conseiller à l'AFP. Les détails des nouvelles mesures sont plutôt attendus lors de la déclaration de politique générale qu'effectuera Gabriel Attal au Parlement fin janvier.

Fin de vie, quel calendrier ?

C'est un chantier ultra-sensible qu'Emmanuel Macron manie avec prudence : la fin de vie. Depuis les conclusions de la convention citoyenne, qui s'est majoritairement montrée favorable à une aide active à mourir, le président de la République "prend son temps" et repousse l'échéance. Initialement, Emmanuel Macron avait demandé à ses ministres un projet de loi "avant la fin de l'été" 2023. Il arrivera finalement en Conseil des ministres en février prochain. Ce qu'a confirmé le président de la République lundi soir, précisant que le texte sera précédé, courant janvier, de la présentation d'un "plan pour les soins palliatifs"

Vendredi, lors de la passation de pouvoir, la nouvelle ministre de la Santé et du Travail Catherine Vautrin a assuré ne pas oublier "ce grand sujet de la fin de vie", sans en dire davantage. Dans une lettre ouverte au Premier ministre Gabriel Attal, publiée dans La Tribune dimanche, des députés réclament de pouvoir entamer l'examen du projet de loi sur la fin de vie juste après la présentation du texte en Conseil des ministres, pour un vote "d'ici fin 2024". Qu'en sera-t-il ? Emmanuel Macron pourrait en dire plus.

Sur le plan sociétal, l'un des enjeux du début de l'année 2024 sera aussi la constitutionnalisation de l'IVG, qu'Emmanuel Macron "veut faire aboutir si possible au mois de mars"

Ukraine, Israël... Quelle stratégie à l'international ?

Emmanuel Macron devrait aussi s'exprimer sur l'international, l'un des domaines réservés du chef de l'État. Comment continuer à apporter de l'aide à l'Ukraine, près de deux ans après le début de l'offensive russe ? Quelle stratégie adopter autour de la guerre entre Israël et le Hamas, plus d'une centaine de jours après les massacres du 7 octobre, et alors que plus de 100 otages sont toujours retenus, dont trois Français ? Autant de points sur lesquels Emmanuel Macron est attendu.


Idèr NABILI

Sur le
même thème

Tout
TF1 Info