Emmanuel Macron annonce la "fin de l’abondance" et "de l’insouciance"

J.F
Publié le 24 août 2022 à 11h42, mis à jour le 25 août 2022 à 11h14

Source : TF1 Info

En introduction du Conseil des ministres de rentrée ce mercredi, le président de la République s'est adressé aux membres du gouvernement.
Il a appelé ses ministres à "l'unité" face à "la grande bascule" qui marque la rentrée avec "la fin de l'abondance", "des évidences" et "de l'insouciance".

Le Conseil des ministres de rentrée a été l'occasion pour le chef de l'État de faire passer quelques messages. Revenant sur la récente "série de crises graves", de l'Ukraine à la sécheresse, Emmanuel Macron a estimé que le monde était en train de connaître de grands changements. "Je crois pour ma part que ce que nous sommes en train de vivre est de l’ordre d’une grande bascule ou d’un grand bouleversement. Parce que nous vivons, pas simplement depuis cet été et ces dernières années, la fin de ce qui pouvait apparaître comme une abondance", a-t-il déclaré, appelant alors à "l'unité" pour faire face à ces changements. 

La fin, pour qui en avait, d’une forme d’insouciance
Emmanuel Macron, à ses ministres, le 24 août 2022

"C’est aussi la fin des évidences, quand on regarde à la fois la France, l’Europe et le cours du monde, la démocratie, les droits de l’homme. Si d’aucuns pensaient que c’était la théologie de l’ordre international, les dernières années auront battu en brèche quelques évidences", a ajouté le chef de l'État, faisant référence notamment au "renforcement des régimes autoritaires". Emmanuel Macron a également sonné la "fin, pour qui en avait, d’une forme d’insouciance"

"Ce tableau, cette fin de l’abondance, cette fin de l’insouciance, cette fin des évidences montre que c’est au fond une grande bascule que nous vivons, face à laquelle nos compatriotes peuvent réagir avec beaucoup d’anxiété", a poursuivi le président de la République. "Face à ça, nous avons quelques devoirs", notamment "dire que le régime dans lequel nous vivons a un coût", "que notre liberté, notre avenir suppose des efforts", rappeler que "le travail a un rôle essentiel, la place de l’effort" et que "la sécurité et la justice ont dans ce contexte un rôle clé".

Macron appelle ses ministres à faire preuve de "sérieux" et "crédibilité"

"J'attends du gouvernement le respect de la parole donnée et des engagements que nous avons pris à l'égard de la nation", a-t-il ajouté. Le président a appelé les ministres au "sérieux", à "la crédibilité" et à ne pas céder à la tentation de la "démagogie". "Il est facile de promettre tout et n'importe quoi, parfois de dire tout et n'importe quoi. Ne cédons pas à ces tentations, c'est celle de la démagogie. Elles fleurissent dans toutes les démocraties aujourd'hui, dans un monde complexe qui fait peur. Ça peut toujours sembler séduisant de dire ce que les gens veulent entendre (…) mais il faut d'abord raisonner en se demandant si c'est efficace et utile", a-t-il ajouté, sans citer d'exemples concrets, mais en laissant deviner une adresse à son ministre des Transports Clément Beaune, qui s'est prononcé ce week-end pour une régulation des vols en jets privés. 


J.F

Tout
TF1 Info