Emmanuel Macron a choisi de prolonger sa visite en Nouvelle-Calédonie.
Ce jeudi matin, il a fait savoir qu'il resterait le temps qu'il faudrait pour trouver un accord et régler la crise.

Depuis le ciel, les dégâts témoignent la violence des émeutes. Depuis un hélicoptère, Emmanuel Macron prend conscience de l'ampleur de la situation dans l'agglomération de Nouméa, sous le regard des indépendantistes toujours mobilisés sur les barrages.

À son arrivée, Emmanuel Macron a tenu à respecter une minute de silence pour les six personnes tuées lors des émeutes, gendarmes comme civils. Le président de la République a ensuite multiplié les échanges avec les loyalistes comme les indépendantistes, il évoque une possible fin de l'état d'urgence, mais à une seule condition : "Il ne sera levé que si chacun en sa responsabilité appelle à lever les barrages", prononce le président.

Les discussions avec toutes les composantes des indépendantistes se sont tenues ce jeudi matin, notamment avec un représentant du CCAT (Cellule de coordination des actions de terrain) favorable au dialogue. Les manifestants suivent minute par minute la visite d'Emmanuel Macron et ils attendent les résultats des discussions, a constaté notre envoyé spécial Michel Scott. Le chef de l'État cherche à tout prix un accord pour sortir de la crise et permettre un retour à l'apaisement attendu par les habitants. 

Le chef de l'État pourrait aussi annoncer des aides pour les commerçants et les entreprises victimes des émeutes. Les dégâts sont aujourd'hui estimés à plus d'un milliard d'euros.

 


La rédaction de TF1info | Reportage Thibaut Petit, Michel Scott, Selah Bougriou

Tout
TF1 Info