VIDÉO - Vieilles voitures : la location plutôt que la casse ?

par Hamza HIZZIR | Reportage TF1 Khélian Yousfi, Laurence Claudepierre
Publié le 8 décembre 2023 à 17h08, mis à jour le 9 décembre 2023 à 11h56

Source : JT 13h Semaine

Une proposition de loi fait beaucoup réagir.
Elle concerne la possible location à petits prix de véhicules destinés à la casse.
TF1 vous éclaire sur ses modalités d’application.

L’expression "bon pour la casse", signifiant "en fin de vie", sera-t-elle bientôt… bonne pour la casse ? Ce sera peut-être l’un des dommages collatéraux de la proposition de loi que les écologistes iront défendre au Sénat le 13 décembre, visant à rendre possible le réemploi des véhicules issus de la prime à la conversion, via un système de location à prix réduit pour les ménages à revenus modestes. De fait, dans la casse alsacienne où se TF1 dans le reportage ci-dessus, plusieurs dizaines de voitures s’y entassant ne présentent aucun dommage extérieur et "fonctionnent très bien" selon la responsable, Catherine Cordes. Elle insiste : "C’est pareil dans toutes les autres casses."

Ce sont ces véhicules qu’une quinzaine de sénateurs veulent mettre à la location à petit prix. Dans le détail, seuls les modèles à essence classés Crit'Air 3, immatriculés après le 1er janvier 1997, seraient utilisés, après validation de l'Ademe (Agence de la transition écologique), ce qui exclut les Crit'Air 4, 5, les non classés et les diesel. Problème : dans certaines zones, les véhicules éligibles devraient être interdits à la circulation…  en 2025. "Aujourd’hui, les Crit'Air 3 représentent un grand nombre du parc français. Ce serait dommage de devoir les arrêter dans un an", souffle le garagiste Franck Tanis.

Une certitude : il ne sera pas possible de les acheter. "Cette garantie est indispensable pour limiter efficacement la durée d'utilisation des véhicules et assurer leur traçabilité et leur retrait de la circulation à l'issue de leur période d'utilisation", stipule en effet l’un des derniers amendements ajoutés à la proposition de loi. Une autre disposition prévoit enfin de convertir à l’électrique les véhicules les plus polluants. Si la loi passe au Sénat le 13 décembre, il faudra ensuite attendre qu’elle soit adoptée à l'Assemblée nationale d’ici au printemps prochain. Elle devrait concerner, selon les sénateurs écologistes qui la portent, environ 20.000 véhicules à essence classés Crit’Air 3.


Hamza HIZZIR | Reportage TF1 Khélian Yousfi, Laurence Claudepierre

Tout
TF1 Info