VIDÉO - Retraites : "Passer à autre chose n'est pas à l'ordre du jour", juge la future n°1 de la CFDT

par Benoît LEROY
Publié le 4 mai 2023 à 21h53

Source : TF1 Info

Marylise Léon, qui devrait prendre les rênes de la CFDT fin juin, était l'invitée de LCI.
Alors que le gouvernement veut mettre fin à la séquence des retraites, elle assure que "ce n'est pas à l'ordre du jour".
Elle critique, par ailleurs, les actions de coupures d'électricité sauvages lors des déplacements présidentiels.

Le premier syndicat de France veut "trouver des solutions" mais "ne passe pas à autre chose" sur la question des retraites. Mardi 4 mai, la secrétaire générale adjointe de la CFDT était l'invitée de LCI. Dès le 21 juin prochain, elle doit remplacer Laurent Berger à la tête de la centrale syndicale à l'ADN plutôt réformiste. Depuis le début du mouvement, la CFDT est en première ligne de la lutte sociale contre le gouvernement et n'entend pas renoncer.

"Passer à la suite, ce n'est pas à l'ordre du jour pour beaucoup de travailleurs. Il faut continuer d'avoir cette conscience que le monde du travail est en colère", estime Marylise Léon. Dans le même temps, l'actuelle n°2 du syndicat explique "avoir acté que l'on renouerait le dialogue" avec le gouvernement "avec nos conditions". Une prise de position qui se démarque de Sophie Binet (CGT), qui n'a pas encore tranché. Ces exigences portent à la fois sur les thèmes qui seront abordés et sur la forme des discussions. 

Les syndicats n'ont toutefois pas encore été officiellement contactés pour un rendez-vous avec la cheffe du gouvernement. "Nous n'avons toujours pas reçu d'invitation officielle d'Elisabeth Borne : ni déroulé, ni méthode, ni contenu", explique la successeure désignée de Laurent Berger.

L'heure est plutôt à essayer de trouver des solutions et à l'apaisement
Marylise Léon, secrétaire générale adjointe de la CFDT sur LCI

Marylise Léon est aussi revenue sur la prochaine journée de mobilisation, le 6 juin. La 14ᵉ journée d'action interviendra deux jours avant le débat à l'Assemblée d'une proposition de loi visant à abroger la réforme des retraites. "Le monde du travail est mobilisé. Parlementaires, ouvrez cette possibilité" que la réforme "ne soit pas adoptée". Dans le cas d'un tel vote, "on entrerait dans une nouvelle phase dont je ne connais pas l'issue mais qui permettrait de répondre aux attentes des travailleurs".

Des travailleurs qui sont toujours "en colère", d'après la responsable syndicale. "Il y a beaucoup de colère par rapport à tout cet enchaînement de manifestations et à la surdité du gouvernement qui n'a pas souhaité nous recevoir ou écouter nos arguments. L'heure est plutôt à essayer de trouver des solutions et à l'apaisement", exhorte Marylise Léon. Même si elle comprend la colère, elle "condamne sans ambiguïté les violences" qui ont émaillé les dernières mobilisations

Dans le même temps, elle juge que les "casserolades" sont un moyen d'expression acceptable. "Il faut bien que la colère s'exprime", justifie-t-elle. Un type de manifestation dénoncé depuis plusieurs jours par les membres du gouvernement parlant de "bruit de la rue".

Jeudi 4 mai, Emmanuel Macron s'est rendu dans un lycée de Saintes pour présenter sa réforme du lycée professionnel. L'électricité a été partiellement coupée pendant sa visite. Une action que la future cheffe cédétiste "n'approuve pas" ."La CFDT n'encourage pas ces méthodes", a-t-elle répété.


Benoît LEROY

Tout
TF1 Info