Guerre en Ukraine : pour les civils, la fuite ou le chaos

"Qu'elle soit plus modeste" : Robert Ménard s'en prend à Marion Maréchal après ses propos sur les réfugiés ukrainiens

Idèr Nabili
Publié le 17 mars 2022 à 10h04
JT Perso

Source : TF1 Info

Invité de LCI ce jeudi, le maire de Béziers et soutien de Marine Le Pen, Robert Ménard, s'en est pris à Marion Maréchal.
Dimanche, la nièce de Marine Le Pen avait critiqué son mea culpa à propos des réfugiés ukrainiens.
"Elle ne sait pas de quoi elle parle, elle se prend pour une géopoliticienne", a fustigé Robert Ménard.

Le "camp national" de plus en plus fracturé. Face à l'afflux des Ukrainiens vers l'Europe de l'Ouest, y compris la France, pour fuir la guerre, le maire de Béziers Robert Ménard a changé de position. Ces derniers jours, le soutien de Marine Le Pen à l'élection présidentielle a exprimé sa "honte" d'avoir refusé d'accueillir des réfugiés syriens et irakiens par le passé. "Il n'y a pas deux sortes de victimes, des Européens chrétiens qu'il faudrait défendre et des gens pas européens qui seraient au Moyen-Orient et qu'on aurait eu raison de ne pas accepter chez nous", a-t-il déclaré début mars sur LCI.

Des propos qui ont fait bondir Marion Maréchal, désormais ralliée à Éric Zemmour. D'après la nièce de Marine Le Pen, "c'est justement parce qu'il y a eu un véritable laxisme dans l'accueil de ces réfugiés ou pseudo-réfugiés syriens que nous sommes arrivés au drame qui a frappé la France" au Bataclan en 2015.

"Elle devrait quitter cinq minutes les bancs de son école"

"Quelqu'un qui se présente comme une catho devrait faire preuve de bienveillance et de charité", rétorque ce jeudi sur LCI Robert Ménard (voir vidéo en tête de cet article), qui a déjà accueilli plusieurs familles ukrainiennes dans sa ville de Béziers. Marion Maréchal "a des mots d'une dureté incroyable à l'égard des réfugiés", juge-t-il.

"Elle ne manque pas de toupet, elle est alliée avec Éric Zemmour, qui était allé au Bataclan sans avoir un mot pour les victimes et n'avait fait que taper sur François Hollande", rappelle l'ancien président de Reporters sans frontières. "Ce sont ces personnes qui viennent me faire une leçon de morale ? Elle ne sait pas de quoi elle parle, elle devrait quitter cinq minutes les bancs de son école pour venir à Béziers, je l'invite. Elle se prend pour une géopoliticienne. Je suis beaucoup moins intelligent, instruit et diplômé qu'elle, mais je me coltine tous les jours les problèmes des gens. J'en connais un peu plus qu'elle sur ce rayon. Qu'elle soit un brin plus modeste."

Lire aussi

Robert Ménard s'en prend également au candidat de Reconquête!, Éric Zemmour. "Vous ne pouvez pas intervenir à chaque fois dans la dureté", analyse-t-il. "Les Français ont des forces et faiblesses. Nous sommes attentifs aux gens, soucieux des plus faibles. Eux, ils s'en contre foutent."


Idèr Nabili

Tout
TF1 Info