Invité de "Bonjour ! La Matinale TF1" ce jeudi, Manuel Bompard est revenu sur l'annulation d'une conférence de Jean-Luc Mélenchon sur la Palestine par l'université de Lille.
Si l'événement va finalement se dérouler dans un autre lieu, le coordinateur de La France Insoumise dénonce une "remise en cause de la liberté d'expression".

L'université de Lille a décidé mercredi d'annuler une conférence sur la Palestine à laquelle Jean-Luc Mélenchon et Rima Hassan, qui fait partie de la liste de La France Insoumise pour les élections européennes, doivent participer. Finalement, "elle se tiendra bien dans une salle et l'information a été transmise aux personnes inscrites pour participer", indique Manuel Bompard, sans donner plus de détails. La nouvelle localisation est tenue secrète car "nous ne voulons pas laisser la place à des provocateurs pour qu'ils puissent venir essayer de la perturber", ajoute-t-il sur le plateau de "Bonjour ! La Matinale TF1". 

Pour autant, la pilule a du mal à passer du côté du député et coordinateur de LFI. "Je vois bien que depuis le début de la semaine, un certain nombre de personnes, de l'extrême droite jusqu'aux macronistes, ont décidé d'instrumentaliser cette conférence pour obtenir son interdiction. Je veux vous dire que cette décision est scandaleuse", s'insurge-t-il. "C'est une remise en cause de la liberté d'expression, c'est une forme de censure vis-à-vis des idées que nous voulons exprimer", dénonce-t-il encore. 

Concernant le logo de l'association "Libre Palestine", qui a beaucoup fait couler d'encre, l'élu estime la polémique "ridicule". "Cette association a été enregistrée en préfecture et est agréée auprès de l'université avec ce logo. Un logo qui représente la région dont il est question quand on débat de la situation au Proche-Orient", met-il en avant. "Le même logo, par exemple, figure sur le site de l'Union des étudiants juifs français (UEJF). Personne ne fera le reproche à l'UEJF de vouloir la suppression de l'État Israël", continue-t-il. "C'est une polémique ridicule et un prétexte pour empêcher les voix qui défendent la paix", conclut-il. 


M.G

Tout
TF1 Info