L'annonce de la composition du gouvernement Attal a suscité de nombreuses réactions politiques.
La gauche a notamment ironisé sur le nouveau gouvernement "Sarkozy IV".

Après l'annonce de la composition du gouvernement Attal, qui intègre notamment deux ministres issues de la droite, Rachida Dati et Catherine Vautrin, la gauche a ironisé ce jeudi soir sur le nouveau gouvernement "Sarkozy IV". "La 'régénération', c’est donc celle des dinosaures sarkozystes. Le 'réarmement civique', c’est donc la nomination d’une ministre mise en examen pour trafic d'influence et corruption", a ainsi réagi sur X le premier secrétaire du PS Olivier Faure, sans nommer explicitement Rachida Dati. "Après l’effet waouh, l’effet pschitt", a-t-il poursuivi. 

"Il n'y a plus 'd'aile gauche', il n'y a plus de 'en même temps', il n'y a plus qu'une coalition des droites pour mener une politique libérale et autoritaire", a ajouté Boris Vallaud, chef des députés socialistes. La patronne des Écologistes, Marine Tondelier, et le secrétaire national des communistes, Fabien Roussel, ont eu tous deux la même expression, saluant chacun "le gouvernement Sarkozy IV", sur X.

Macron ressuscite l'UMP de Sarkozy.
François Ruffin, député LFI

Pour la cheffe des députés insoumis Mathilde Panot, "ce remaniement sent l'agonie de l'entre-soi et une attaque sans précédent de nos droits. Nous les combattrons sans faillir", a-t-elle écrit, dénonçant la "concentration des portefeuilles", la "relégation des femmes" et le "recyclage interminable du premier cercle du monarque".

Pour le député LFI François Ruffin, "Macron ressuscite l'UMP de Sarkozy. Quelle audace, quel dépassement, quelle disruption ! L'alliance des droites est scellée. En face, l'union de la gauche, vite !", a-t-il plaidé. Tandis qu'Éric Coquerel, député (LFI) de Seine-Saint-Denis, président de la Commission des Finances à l'Assemblée nationale, a affirmé au micro de TF1 : "En 2023, on a eu un programme de droite, voire d'extrême droite, avec la loi immigration. Et là, maintenant, en 2024, on a un gouvernement qui s’adapte à cette politique".

De son côté, la députée écologiste et féministe Sandrine Rousseau a regretté qu'il n'y ait "aucune femme sur un ministère régalien. On est bien là, à la fraîche, décontractés de la grande cause".

À droite, Franck Louvrier, maire (LR) de la Baule-Escoublac (Loire-Atlantique) a estimé qu'avec "la nomination de Catherine Vautrin et de Rachida Dati, on voit bien que cette ouverture permet bien sûr de préparer une majorité qui puisse lutter contre les extrêmes". 

Pour le RN, Jean-Philippe Tanguy, député de la Somme : "Comme nous le craignons, c’est un faux remaniement. Normalement, un vrai remaniement, c’est de changer de politique, parce que vous avez entendu la colère des Français, et vouloir apporter des solutions. Là, il n’y a aucune autre solution. Il y a un peu de casting, un faux casting d’ailleurs", a-t-il réagi.


Virginie FAUROUX

Tout
TF1 Info