La décision du gouvernement de recourir au 49.3 jeudi ne passe pas.
De nombreux rassemblements, souvent hors du contrôle des syndicats, ont eu lieu un peu partout en France.
Certains de ces regroupements s'accompagnent de heurts et de violences.

À l'annonce du rejet des motions de censure lundi, les premiers incendies de poubelles apparaissent et la foule converge place Vauban à Paris. La tension monte. Les forces de l'ordre sont nombreuses pour éviter les débordements. Des milliers de personnes y sont rassemblées spontanément pour manifester leur colère.

Un rassemblement est également organisé dans le centre-ville lillois. Encore une fois, des gaz lacrymogènes ont été utilisés pour maîtriser les manifestants révoltés après le rejet de la motion de censure. Mais leur détermination semble intacte.

Toute la journée, des actions flash ont été menées dans le pays par des syndicalistes. Des rassemblements sporadiques qui ont perturbé la circulation avec des barricades en flamme sur la rocade rennaise ou encore empêché les voitures de circuler sur le périphérique parisien. D'autres actions ont consisté à envahir pendant plusieurs minutes les voies ferrées à Versailles.

La jeunesse exprime aussi son mécontentement. À Tolbiac, 1000 étudiants ont voté le blocage de l'université. Ils se disent prêts à poursuivre le mouvement contre la réforme des retraites. Lundi soir, les tensions persistaient, notamment à Paris ou encore à Dijon.


La rédaction de TF1 | Reportage : Ignacio Bornacin

Tout
TF1 Info