Covid-19 : la vie avec le virus

VIDÉO - "Tu vas la fermer !" : séance électrique à l'Assemblée sur la réintégration des soignants non-vaccinés

M.C avec AFP
Publié le 25 novembre 2022 à 6h34
JT Perso

Source : TF1 Info

À l'Assemblée nationale, une proposition de loi pour réintégrer les soignants non-vaccinés a été débattue jeudi.
Au sein de l'hémicycle, l'ambiance a été extrêmement tendue, entre invectives et suspensions de séances.

Ambiance électrique au sein de l'Assemblée nationale. Jeudi 24 novembre, les députés de la France Insoumise étaient au centre de l'attention avec une proposition de loi :  celle de la réintégration des soignants non-vaccinés contre le Covid-19. Alors qu'elle était débattue à l'Assemblée, le député Liberté, indépendants, Outre-Mer et territoires (LIOT, ndlr) Olivier Serva a pris la parole... pour s'attaquer à la majorité. 

"Je vous regarde chers collègues, vous avez le sourire aux lèvres, vous êtes satisfaits et réjouis. Vous êtes contents d'avoir pu trouver une petite mesquinerie obstructive pour ne pas laisser une niche aller jusqu'au bout", a déclaré dans un premier temps le député. Ce dernier évoque en effet les oppositions, fustigeant les "manœuvres" du camp présidentiel pour empêcher la tenue d'un vote délicat sur la réintégration des soignants non vaccinés. Mais au moment de son intervention, un autre parlementaire a pris la parole, déclenchant une suspension de séance.

"Tu vas la fermer !", a lancé dans l'hémicycle, agacé, le député de Guadeloupe Olivier Serva à un collègue du parti Renaissance, qui l'interpellait pendant son intervention. Ses propos ont déclenché, très rapidement, une véritable cohue au sein de l'hémicycle. "C'est une invective. Chers collègues, on ne peut pas en venir aux invectives de cette manière-là", a déclaré Naïma Moutchou, la vice-présidente, avant d'annoncer une suspension de séance de cinq minutes.

Un "niveau de tension jamais vu"

Mais la tension ne s'est pas arrêtée aux portes de l'hémicycle. Lors des nombreuses suspensions de séance, des éclats de voix entre députés étaient audibles dans les couloirs de l'Assemblée. Le porte-parole du gouvernement, Olivier Véran, a évoqué un "niveau de tension jamais vu en douze ans au Parlement". De son côté, la cheffe de file des députés LFI, Mathilde Panot, a estimé que l'exécutif avait "franchi une ligne rouge", en prenant part "à l'obstruction" lors de la "niche parlementaire" des Insoumis.

Lire aussi

Pour rappel, la proposition de loi demandait de réintégrer le personnel non-vacciné contre le Covid-19 des établissements de santé et de secours, pour y pallier les pénuries d'effectifs. "Quel signal voulons-nous donner à ceux qui étaient là en première ligne, qui se sont vaccinés ?", s'est questionné le ministre de la Santé, François Braun. Pour le moment, le successeur d'Olivier Véran attend de recevoir les avis de la Haute autorité de santé et du Comité consultatif national d'éthique pour se prononcer.


M.C avec AFP

Sur le
même thème

Articles

Tout
TF1 Info