La Première ministre rencontrera des réfugiés ukrainiens à Paris ce jeudi, un an après le début de la guerre en Ukraine.
Elisabeth Borne visitera une résidence d’accueil à Bures-sur-Yvette (Essonne) où elle échangera avec plusieurs familles ukrainiennes.
Elle saluera à cette occasion "l'engagement exceptionnel" des Français pour assurer leur accueil et rappellera le soutien de la France à l'Ukraine.

Elisabeth Borne ira à la rencontre, ce jeudi près de Paris, de réfugiés ukrainiens accueillis en France, pour marquer le premier anniversaire de "l'agression russe" en Ukraine, a annoncé Matignon. La Première ministre visitera une résidence d’accueil à Bures-sur-Yvette (Essonne) où elle échangera avec plusieurs familles ukrainiennes.

Elle saluera à cette occasion "l'engagement exceptionnel" des Français, des collectivités et des opérateurs pour assurer leur accueil et leur intégration, et rappellera "la détermination" de la France dans son soutien à l'Ukraine, envahie par la Russie depuis le 24 février 2022. Elle sera accompagnée par deux ministres, Jean-Christophe Combe (Solidarités) et Olivier Klein (Ville et logement), et deux secrétaires d’État, Charlotte Caubel (Enfance) et Sonia Backes (Citoyenneté).

100.000 réfugiés ukrainiens en France

Un an après le déclenchement de la guerre, le nombre de réfugiés ayant fui l'Ukraine pour s'installer en France s'est stabilisé à environ 100.000 personnes, dont 20.000 enfants scolarisés dans des établissements français, malgré une vague de retours. Ces Ukrainiens sont accueillis au titre de la "protection temporaire", le régime exceptionnel accordé par les Européens aux personnes fuyant ce conflit.

Ce statut leur permet de s'installer en situation régulière sans avoir besoin de demander le statut de réfugié, de scolariser les enfants, de voir leurs soins médicaux pris en charge ou encore de travailler sans délai. Les Ukrainiens obtiennent ainsi un titre de séjour de six mois, renouvelable jusqu'à trois ans.

Même s'ils ne sollicitent pas le statut de réfugié, ils bénéficient de l'allocation pour demandeur d'asile, d'un montant maximal de 14 euros par jour. Ils bénéficient également d'une prise en charge dans des logements d'urgence et d'une aide à l'hébergement. 


Marius BOCQUET AFP

Tout
TF1 Info