La France fait-elle les bons choix face au virus ?

Variant sud-africain en Moselle : le pari du statu quo

Publié le 13 février 2021 à 19h59
JT Perso

Source : JT 20h WE

Les autorités ont choisi de temporiser face à la progression inquiétante des variants du coronavirus en Moselle. Les mesures de lutte déjà mises en place sont jugées suffisantes.

Après de nombreuses discussions, le préfet de Moselle a fini par trancher. Il n'y aura pas de confinement local ni de fermeture anticipée des écoles. "Nous avons eu très peu de cas positifs, quatorze sur plus de 5 000 tests. C'est dire que le virus est apparemment très peu présent chez les enfants. Cette fermeture généralisée présenterait plus d'inconvénients que d'avantages", déclare Laurent Touvet, préfet de Moselle.

Les mesures actuelles sont jugées suffisantes. La seule adaptation mise en œuvre par les autorités est que toute personne positive doit s'isoler dix jours au lieu de sept. Deux mille doses de vaccins supplémentaires ont été également attribuées au département. Une gestion et une communication qui étonnent les Messins.

Le maire de Metz François Grosdidier, partisan d'un confinement local, regrette de ne pas avoir été écouté. "Il faut prendre des décisions qui correspondent au contexte local, aux problèmes tels qu'ils se posent, en tenant compte de la réalité humaine et sanitaire. Et ça doit être fait de façon décentralisée, déconcentrée. Le couple maire-préfet pourrait le faire. Quand tout est décidé par le sommet de l'État, tout dysfonctionne".


La rédaction TF1 Info

Tout
TF1 Info