Violences urbaines : Laurent Wauquiez demande "une forme d'union sacrée" à Emmanuel Macron

par A. Lo.
Publié le 13 juillet 2023 à 11h59

Source : TF1 Info

Suite aux violences urbaines, l'ex-président des LR est sorti du silence.
Le président de la région Auvergne-Rhône-Alpes a demandé à Emmanuel Macron de "mobiliser une forme d'union sacrée autour de mesures décisives".
Il cite notamment "l'expulsion de tous les étrangers responsables d'actes de violence".

Après les violences urbaines consécutives à la mort du jeune Nahel par le tir d'un policier, Laurent Wauquiez s'est décidé à prendre la parole. Dans une interview accordée au Figaro, et publiée mercredi 12 juillet, l'ex-président des Républicains est sorti du silence médiatique dans lequel il s'était maintenu depuis un entretien au Point en mai. 

Donnant son interprétation des violences qui ont éclaté à partir du 27 juin dernier, il a demandé à Emmanuel Macron "de mobiliser une forme d'union sacrée autour de mesures décisives", demandant notamment des "mesures fortes sur l'immigration, la sécurité et le mérite".

Plusieurs "mesures fortes"

Récusant "une démarche de coalition, de négociation (ou) de compromission", le président de la région Auvergne-Rhône-Alpes a appelé à "dépasser temporairement les divisions et nous entendre sur quelques mesures fortes soutenues par une écrasante majorité des Français et qui pourraient être soumises au Parlement, voire proposées par référendum".

Dans cet entretien, il a notamment appelé à "l'expulsion de tous les étrangers responsables d'actes de violence". Laurent Wauquiez a également prôné un "choc carcéral" en inscrivant dans la loi "des peines minimales de privation de liberté effectives dès le premier acte de violence aux personnes" et "la prison ferme systématique à la première atteinte à l'intégrité physique". L'ancien ministre de Nicolas Sarkozy a aussi demandé la construction de places de prisons supplémentaires.

L'élu propose aussi de "restaurer une idée de devoirs face aux droits, en suspendant, comme le propose l'actuel patron des LR, Éric Ciotti, les aides sociales aux délinquants et parents de délinquants". Il a enfin avancé l'idée de "la construction d'un système fort de bourses au mérite dès la classe primaire".

Le président de région a par ailleurs partagé sa vision des violences urbaines, estimant que "cette crise des émeutes" était surtout "le symptôme spectaculaire (de) la désintégration de l'État et de la nation". Selon celui à qui de nombreux commentateurs prêtent des intentions pour 2027, "ces événements n'ont rien à voir avec une crise sociale et encore moins avec la mort d'un jeune, aussi tragique soit-elle. Pour ceux qui ont frappé, pillé et incendié, il n'était qu'un alibi". 


A. Lo.

Sur le
même thème

Tout
TF1 Info