Le plan d'aide américain risque de "fragmenter l’Occident", prévient Emmanuel Macron

Dylan Veerasamy avec AFP
Publié le 1 décembre 2022 à 6h15
JT Perso

Source : TF1 Info

En visite d'État aux États-Unis, Emmanuel Macron a prononcé un discours devant les Français expatriés, à Washington.
Le président a notamment prévenu que "l'Inflation Reduction Act" américain risquant de "fragmenter l'Occident".
Ce texte qui porte sur la transition énergétique et les réductions d'impôts est très décrié par l'Europe.

En déplacement aux États-Unis jusqu'à samedi, le président Emmanuel Macron s’est adressé à la communauté française présente de l’autre côté de l’Atlantique, mercredi soir. Il a notamment évoqué le très polémique Inflation Reduction Act américain, adressant au passage un avertissement à son homologue américain Joe Biden. 

Un risque de fragmentation de l'Occident ?

Évoquant l'IRA (Inflation Reduction Act) américain, un programme d'investissements et de subventions de 430 milliards de dollars pour aider les entreprises nationales à assurer la transition énergétique et lutter contre l'inflation, Emmanuel Macron a estimé que le texte risquait de "fragmenter l'Occident". Selon le président français, il pourrait créer "de telles différences entre les États-Unis d'Amérique et l'Europe que ceux qui travaillent dans nombre d'entreprises vont juste se dire ‘On ne fait plus d'investissements de l'autre côté de l'océan’".

Axé principalement sur le climat et les dépenses sociales, le plan prévoit notamment 370 milliards de dollars d'investissements afin de réduire les émissions de gaz à effet de serre de 40% d'ici à 2030, soit le plus important effort jamais consenti par les États-Unis dans ce domaine. "Ces choix ne peuvent fonctionner que s'il y a une coordination entre nous, si on se décide ensemble, si on se resynchronise", a martelé Emmanuel Macron.

Une visite pour conserver de bons rapports

Devant les nombreux Français réunis à l’ambassade de France à Washington, Emmanuel Macron a également mis en garde contre le "risque" que "l'Europe et la France deviennent une sorte de variable d'ajustement" de la rivalité entre les États-Unis et la Chine, les deux premières puissances mondiales.

Le "risque, c'est que face aux défis de l'époque, les États-Unis regardent d'abord les États-Unis, c'est normal (...) et regardent ensuite la rivalité avec la Chine, et, en quelque sorte, que l'Europe et la France deviennent une sorte de variable d'ajustement", a-t-il détaillé face à son audience.

Lire aussi

Malgré quelques dissensions, le président français a toutefois plaidé pour "essayer ensemble d'être à la hauteur de ce que l'Histoire a scellé entre nous, une alliance plus forte que tout", estimant que sa seconde visite d'État aux États-Unis en quatre ans "montre aussi la force, le lien entre les États-Unis et la France". Un lien que souhaite protéger Emmanuel Macron.


Dylan Veerasamy avec AFP

Tout
TF1 Info