Vladimir Poutine reporte sa visite à Paris : le FN et la droite en communion contre Hollande

Barbara Azaïs
Publié le 11 octobre 2016 à 17h17
Vladimir Poutine reporte sa visite à Paris : le FN et la droite en communion contre Hollande

RÉACTIONS - Les réactions politiques de droite et de l'extrême droite ne se sont pas fait attendre après le report de la visite à Paris de Vladimir Poutine. Si les conditions posées par le président sont interprétées comme une preuve de courage à gauche, à droite on évoque davantage une "faute diplomatique".

Vladimir Poutine a décidé de reporter sa visite à Paris, initialement prévue le 19 octobre, après que l’Elysée a durci le ton et proposé une réunion sur la Syrie. Si Jean-Marc Ayrault avait annoncé que le Président français, dans le cas où il décidait de recevoir son homologue russe, lui dirait le fond de sa pensée quant à l’intensification des frappes aériennes russes et syriennes sur Alep, il n’en sera rien. Vladimir Poutine, dont le soutien au régime de Bachar Al-Assad semble infaillible, ne viendra pas mais reste "disposé à visiter Paris lorsque le président Hollande se sentira à l'aise". Face à ce changement de position (et à sept mois de la présidentielle), la classe politique hexagonale n’a pas ménagé le chef d’Etat.  

Le FN et la droite en communion contre Hollande

A commencer par le Front national, qui n’a jamais caché son intérêt pour Vladimir Poutine. David Rachline, le directeur de campagne de Marine Le Pen avait affirmé récemment qu’il "fallait discuter" par le président russe. De même qu’avec Bachar el Assad pour avoir des "renseignements" et "combattre le groupe Etat islamique". Pour Florian Philippot, le fait que François Hollande ne veuille recevoir son homologue que pour parler de la paix en Syrie fait de lui un "gamin boudeur" ridiculisant la France. Pour Bruno Lervoire, porte-parole du parti, il s'agit également d'"un nouvel acte manqué de la diplomatie française". 

A droite, François Fillon a également affirmé que "le Kremlin avait ridiculisé" François Hollande. Il restera, selon lui, "le président qui a décrédibilisé la politique étrangère de la France". Sur le plateau de L’Opinion, Eric Ciotti a estimé pour sa part qu’il s’agissait d’"une faute diplomatique très grave". Même constat pour le fondateur de Solidarité et Progrès, Jacques Cheminade, selon qui "Hollande se noie dans l'atlantisme".

Les internautes ironisent

Si certains estiment que le courage réside justement dans le fait de poser ses conditions, d’autres, au contraire, pointent un manquement de la part du président. Les internautes ironisent et moquent le chef d'Etat en détournant des images de Vladimir Poutine et en publiant des images du président français avec les Saoudiens. 

VIDEO - "Le dialogue avec la Russie est nécessaire, il doit être ferme et franc", selon François Hollande

"Le dialogue avec la Russie est nécessaire, il doit être ferme et franc", selon François HollandeSource : Sujet JT LCI
Cette vidéo n'est plus disponible

Barbara Azaïs

Tout
TF1 Info