RÉVEILLON - Emmanuel Macron a formulé ce vendredi 31 décembre les traditionnels vœux présidentiels. Si celui-ci semble optimiste concernant l'année à venir, ses opposants politiques, eux, ont réagi de manière plus acerbe.

À 100 jours de l'élection présidentielle, les vœux du président de la République était attendus. Une fois l'allocution d'Emmanuel Macron terminée, les réactions de ses opposants politiques, dont la plupart sont candidats à l'élection présidentielle de 2022, n'ont pas manqué de fuser ce vendredi soir sur les réseaux sociaux

L'un des premiers à avoir réagi a été Jean-Luc Mélenchon, candidat LFI à la présidentielle : "D'abord un président secouriste", note-t-il sur Twitter. "Et ensuite le discours du répondeur automatique du siège de LREM. Mon vœu : que ce soit la dernière fois".

Alexis Corbière, député au sein du parti, en a profité, lui, pour rappeler qu'Emmanuel Macron formulait des discours de campagne, sans pour autant être officiellement candidat à l'élection présidentielle. "Discours de Macron-2022 : une autopromotion totale et sans nuance. Bref, un discours de campagne pur, aussi à 100 jours du premier tour, il doit se déclarer officiellement candidat. C'est une condition démocratique, il ne peut ainsi utiliser des moyens publics pour sa candidature."

Puis cela a été au tour de Marine Le Pen, candidate RN à la présidentielle de commenter les vœux du chef de l'État : "E. Macron est si déconnecté des réalités qu'il ose prétendre que la France est plus forte après deux années d'échec de sa gestion sanitaire ! L'épuisement des soignants, l'endettement du pays, les difficultés des familles et des entreprises prouvent le contraire."

Fabien Roussel, candidat PCF à la présidentielle, a également affirmé qu'"une chose est sûre : Macron n'est pas vacciné contre la déconnexion. Il vit dans un monde parallèle. Le Président des riches oublie les dégâts de la vie chère, des bas salaires et qu'un nombre record de nos concitoyens se serrent la ceinture pour la fin de son quinquennat."

Un président "hors sol"

Le secrétaire national EELV, Julien Bayou, a fait le même constat que les autres candidats à la présidentielle, celui d'un Président éloigné des Français. "Les vœux du Président Macron sont ceux d'un président déjà candidat, mais toujours hors sol, d'un président enfermé dans le déni. Enfermé dans le déni climatique et l'inaction pour la sauvegarde du vivant qui va avec."

Geoffroy Didier, directeur de la communication de la candidate LR à la présidentielle, Valérie Pécresse, a quant à lui souligné : "Des vœux décalés et des vœux propagande alors que la situation de la France exige lucidité et humilité. Après ces années gilets jaunes et Covid, 2022 devra être l'occasion d’une nouvelle ère !"

"Bonne nouvelle ! Vous venez de subir les derniers vœux mensongers et prétentieux d’Emmanuel Macron ! Vivement le 24 avril !", a ajouté, sarcastique, Nicolas Dupont-Aignan, candidat Debout La France à la présidentielle.

Enfin, Eric Zemmour, n'est pas entré dans la polémique en se limitant à un "moi aussi" quant à l'optimisme qu'il partagerait avec l'actuel chef de l'État concernant la perspective optimiste que représente 2022 pour les citoyens français.

D'autres candidats, comme Anne Hidalgo (PS), Arnaud Montebourg ( La Remontada), ou encore Yannick Jadot (EELV), se sont contentés, eux, de souhaiter, par le biais d'une vidéo publiée plus tôt dans la journée - la dernière de 2021 -, une "belle et heureuse année" aux Français.


Léa LUCAS

Tout
TF1 Info