Yaël Braun-Pivet élue présidente de l'Assemblée nationale : une femme au perchoir, ce symbole qui s’est fait attendre

Justine Faure
Publié le 28 juin 2022 à 18h55, mis à jour le 28 juin 2022 à 21h00
JT Perso

Source : JT 20h Semaine

La députée de la majorité Yaël Braun-Pivet a été élue présidente de l'Assemblée nationale, ce mardi 28 juin.
C'est la première fois qu'une femme occupe ce poste.
Avant elle, sous la Ve République, le perchoir avait été occupé par quatorze présidents, tous des hommes.

Son élection est historique. Désignée présidente de l'Assemblée nationale ce mardi 28 juin, Yaël Braun-Pivet est la première femme à accéder à ce poste. Jamais sous la Ve République ni avant, une députée n'avait été élue par ses pairs pour tenir le "perchoir". A 51 ans, la députée des Yvelines, éphémère ministre des Outre-mer et ex-présidente de la commission des Lois, succède à Richard Ferrand, défait aux dernières élections législatives. 

Plusieurs femmes ont déjà été candidates. En 2017, pour la majorité, Brigitte Bourguignon et Sophie Errante avaient déposé leur candidature, mais les parlementaires LaREM avaient désigné François de Rugy. En 2018, pour remplacer ce dernier parti au ministère de l'Environnement, d'autres avaient fait acte de candidature mais leurs pairs avaient choisi d'élire Richard Ferrand. Pourtant, à son arrivée au pouvoir il y a cinq ans, après avoir nommé Edouard Philippe à Matignon, le président de la République avait laissé entendre qu'il aimerait voir une femme présider l'Assemblée nationale. 

14 prédécesseurs, tous des hommes

La Ve République a connu jusqu'à présent 14 présidents de l'Assemblée nationale, tous des hommes, dont le premier fut le gaulliste Jacques Chaban-Delmas qui détient le record de longévité, avec seize ans passés au perchoir au total. L'actuel président du Conseil constitutionnel et ancien Premier ministre, le socialiste Laurent Fabius, arrive, loin derrière, sur la deuxième marche du podium en termes de longévité, avec près de sept années de présidence. Patrick Ollier, ex-ministre des relations avec le Parlement de Nicolas Sarkozy, est celui qui occupa le moins longtemps la fonction, de mars à juin 2007. 

Une femme au perchoir "il était temps", a estimé Jean-Louis Debré, président de l'Assemblée entre 2002 et 2007.

Lire aussi

Si l'élection de Yaël Braun-Pivet réjouit, certaines parlementaires ne peuvent s'empêcher d'y voir une incarnation du "Glass Cliff Effect" ou effet "falaise de verre", soit "la surreprésentation des femmes dans les postes de pouvoir en période de crise aigüe". "Ceux qui d'habitude ignorent leur talent se disent 'On a tout essayé, faisons quelque chose qu’on n'aurait jamais imaginé : nommons une femme'", a ainsi relevé la députée sortante de la majorité Valérie Petit sur Twitter. L'ancienne ministre socialiste des Droits des femmes Laurence Rossignol a elle reformulé la célèbre citation de Simone de Beauvoir: "il suffira donc d’une crise... pour qu’on laisse les femmes monter au feu"

Il n'empêche qu'avec Elisabeth Borne à Matignon et Auroré Bergé présidente du groupe Renaissance, cela constitue une première. Deux autres groupes sont présidés par des femmes à l'Assemblée nationale : celui du Rassemblement national avec Marine Le Pen, et de La France insoumise avec Mathilde Panot. Le groupe écologiste est co-dirigé par Julien Bayou et Cyrielle Chatelain.  


Justine Faure

Tout
TF1 Info