Au cœur des régions

"C’est nerveusement usant" : Bruit, pollution... les paquebots gâchent la vie des Marseillais

Léa Tintillier | Reportage B. Guenais, S. Fargeot
Publié le 3 décembre 2021 à 16h11
JT Perso

Source : JT 13h Semaine

RAS-LE-BOL - À Marseille, les riverains ne supportent plus les allers et venues des ferrys. Bruit, pollution… Ils espèrent que la Ville leur apportera des solutions.

À Marseille, Bernard a une vue imprenable sur la mer Méditerranée… et sur les paquebots. "À chaque fois qu’un ferry arrive, on angoisse en se disant qu’on va encore passer trois journées terribles", témoigne-t-il dans le reportage de TF1 en tête de cet article en observant deux paquebots côte-à-côte. "Ça va être pire que quand il n’y en a qu’un".

Ces bateaux vont rester à quai plusieurs jours. Pour ne plus entendre le bruit sourd des moteurs, Bernard porte désormais chez lui un casque de chantier. "Ce bruit, ce ronronnement qui ne s’arrête pas… Vous n’avez pas de repos. Tout le temps, tout le temps, tout le temps… C’est usant. C’est nerveusement usant. Ça donne une fatigue physique", poursuit-il. 

Un tiers des émissions de polluants provient du trafic maritime

Au bruit, s’ajoutent les fumées. Les riverains en retrouvent des traces jusque sur leur terrasse. "Ce sont des microparticules ça", affirme l’un d’eux en montrant une éponge noire après avoir essuyé une table d’extérieur. Pour produire l’électricité à bord, les moteurs des paquebots continuent de fonctionner même lorsqu’ils sont amarrés. Et donc, d’émettre des polluants. "Mes poumons récupèrent ça !", peste un riverain et nous montrant le substrat noir récupéré. "Il n’y a aucune raison de penser que ce soit différent. On a un filtre peut-être ?", questionne-t-il rhétoriquement.

Lire aussi

À Marseille, un tiers des émissions de polluants provient du trafic maritime. Et depuis la reprise des traversées, notamment vers l’Algérie, les panaches de fumées noires, et donc les pics de pollution, sont plus nombreux. Mais la pollution la plus dangereuse est en fait plus globale et moins visible. "Ce qu’il faut bien voir, c’est que c’est la pollution chronique qui va être la plus pénalisante. Donc l’exposition à long terme à la pollution atmosphérique va avoir des conséquences pour la santé", explique un spécialiste. 

Le grand port de Marseille dit n’avoir aucune solution alternative pour le moment. Néanmoins, un nouveau terminal pour les ferrys est en construction un peu plus au nord de la rade. En attendant la livraison, prévue cet été, les riverains prennent leur mal en patience.  


Léa Tintillier | Reportage B. Guenais, S. Fargeot

Tout
TF1 Info