Maine-et-Loire : polémique et gros nettoyage après la rave-party illégale aux 10.000 fêtards

Publié le 13 mai 2024 à 14h35

Source : JT 13h Semaine

Un homme est mort lors d'une rave-party qui a rassemblé 10.000 fêtards ce week-end dans le Maine-et-Loire.
Deux polémiques sont en train de monter sur place : comment l’événement non autorisé a-t-il pu se tenir, et qui va nettoyer ?
Une équipe de TF1 s'est rendue sur les lieux ce lundi matin.

L'heure est maintenant au nettoyage. Après quatre jours de rave-party, les agents municipaux de Souzay-Champigny (Maine-et-Loire) ont du pain sur la planche ce lundi. "Ça, c'est juste l'équivalent d'une heure de ramassage, montre l'un d'eux, la camionnette chargée de sacs-poubelle, dans le reportage de TF1 ci-dessus. C'est tous les restes, les papiers gâteaux, les cartons, les packs de bière, tous ces trucs qu'on récupère sur le bord de route...", poursuit-il.

"C'était illégal, donc il y a deux poids deux mesures"

Ce lundi matin encore, les forces de l'ordre procèdent à des contrôles routiers et à des verbalisations pour tapage nocturne et stationnement illégal. Mais cette fête sans autorisation n'a jamais été bloquée par les autorités. Cette habitante a du mal à comprendre. "C'était illégal, donc il y a deux poids deux mesures, peste-t-elle. On respecte les lois ou pas. Là, ça pousse à ne plus les respecter parce qu'ils font n'importe quoi et on ne leur dit rien. Je pense que le préfet aurait dû être plus clair et net et interdire ça".  

Dans les villages voisins, le son a tenu éveillé beaucoup de riverains trois nuits de suite. "Ça fait boom, boom ( ), raconte l'un d'eux. Qu'est-ce que vous voulez qu'on fasse de doute façon ? Rien... Il faudrait qu'ils nous fassent ça le jour, mais pas la nuit".   

La fête s'est brutalement arrêtée dimanche après le décès d'un participant des suites d'un arrêt cardiaque. Une enquête judiciaire a été ouverte pour connaître les causes du décès. En attendant, Éric Lefièvre, le maire de Parnay, a un travail colossal pour constater les dégâts. "Il faut que les teufeurs finissent de partir. Après, là, on va aller voir avec le propriétaire très rapidement pour estimer les 30 hectares, comment ils ont été piétinés, les bois souillés", soupire-t-il.

Plus de 2000 personnes ont été verbalisées ce dimanche pour participation à une manifestation interdite, et 50 automobilistes arrêtés pour conduite en état d'ivresse ou sous l'emprise de stupéfiants.


La rédaction de TF1info

Tout
TF1 Info