Tarn : l'appellation "Toscane occitane" fait bondir l'Italie

par Virginie FAUROUX Reportage TF1 : Pascal Michel et Jean-Vincent Fournis
Publié le 14 juin 2023 à 19h04

Source : JT 13h Semaine

Une partie du département du Tarn a été renommée "Toscane occitane" par l'Office du tourisme.
Une initiative qui ne plaît pas du tout à nos voisins italiens.
Un élu accuse même la région "d'usurpation d'identité".

Avec ses cyprès, ses vignes et ses champs de blé, le Tarn prend parfois des allures d'Italie. On se croirait plus précisément en Toscane. On entend même de temps en temps la douce mélodie de la langue de Dante. Il n'en fallait pas plus pour que le touriste en goguette dans ce département ait vraiment l'impression d'y être. Jérôme Enrici, commerçant à Castelnau-de-Montmiral le confirme : "Ça fait trois ans que j'ai cette boutique, ça fait trois ans que j'entends tous les étés que ça ressemble à la Toscane", dit-il dans le reportage de TF1 en tête de cet article. 

Je pense que c'est une utilisation frauduleuse du nom parce qu'il n'y a aucune connexion entre la Toscane et l'Occitanie.
Nicola Danti, eurodéputé italien

Une ressemblance qui a poussé l'Office du tourisme de Gaillac et de Cordes-sur-Ciel à utiliser l'image de la Toscane. Une marque touristique a même été déposée l'an dernier : "Toscane occitane". Face à cette initiative, du côté de Florence, en Italie, on s'étrangle. Un eurodéputé italien, Nicola Danti, s'en est même ému à Bruxelles. "Je pense que c'est une utilisation frauduleuse du nom parce qu'il n'y a aucune connexion entre la Toscane et l'Occitanie, c'est une chose différente. Que penserez-vous si on faisait la Provence en Calabre", dénonce-t-il. 

Dans le Tarn, le tourisme représente 80 millions d'euros de retombées économiques. Le secteur est donc en plein développement, mais on se défend de vouloir concurrencer la Toscane. "Nous sommes une petite collectivité de 80 000 habitants, ils sont deux ou trois millions, ils ont un rayonnement mondial qui n'est pas du tout le nôtre. Donc, non, nous ne leur prenons pas la place. Nous n'en doutons pas un seul instant", se défend, de son côté, Paul Salvador, président de l'Office du tourisme "La Toscane occitane"

Dans les ruelles de Castelnau-de-Montmiral, on préfère s'amuser de cette rivalité. "C'est les Toscans qui nous ont usurpé notre campagne ! Pourquoi ils ont planté les mêmes cyprès que nous, non mais franchement ?", s'interroge, avec amusement, un habitant. Pour les Toscans, interrogés sur le petit marché italien de Gaillac, tout ça ne vaut pas une dispute. Gaillac et sa région ou Florence, les deux valent le détour. La guerre des "Toscane" n'aura donc pas lieu.


Virginie FAUROUX Reportage TF1 : Pascal Michel et Jean-Vincent Fournis

Tout
TF1 Info