Au cœur des régions

Des fleurs en libre cueillette : le concept original d'un agriculteur dans le Bas-Rhin

LT
Publié le 11 mai 2021 à 11h49
JT Perso

Source : JT 13h Semaine

C'EST LE BOUQUET – François Schotter, agriculteur-exploitant à Stutzheim-Offenheim dans le Kochersberg, à quelques kilomètres à l'ouest de Strasbourg, propose la cueillette des fleurs en libre-service. Un concept atypique qu'il explique à TF1.

Vous connaissez peut-être le principe de libre cueillette des fruits et légumes, mais peut-être pas celui de cueillir ses fleurs 24 h/24 et 7 j/j. C’est désormais possible dans le Bas-Rhin. Le principe est simple, vous entrez dans le champ, vous choisissez vos fleurs que vous cueillez vous-même, puis vous mettez quelques euros dans une boîte prévue à cet effet. Tout cela donc de manière complètement autonome. À l'origine de ce concept original, François Schotter, agriculteur exploitant à Stutzheim-Offenheim dans le Kochersberg, à quelques kilomètres de Strasbourg.  

Chaque année, l'agriculteur plante des dizaines de milliers de tulipes. "Les gens sont satisfaits, ils ont le sourire, nous aussi, donc on est contents. On a de la fleur fraîche, on a de la fleur locale, on fait vivre un agriculteur localement et c’est ça qui est important", témoigne-t-il.  Au-delà du plaisir de cueillir et choisir ses fleurs soi-même au grand air, le principal avantage reste le prix. Il est plus intéressant que chez un fleuriste, car il n’y a aucun intermédiaire. Pour une tulipe, François demande 50 centimes. Faites le calcul, pour seulement 10 euros, vous pouvez obtenir un bouquet de 20 fleurs. 

Bientôt des pivoines et des lys en libre cueillette

Le concept a le vent en poupe. Nombreux étaient les cueilleurs, le jour du tournage de notre reportage (en tête de cet article), à chercher la perle rare. "Je prends celles qui sont belles, pour ce qui est des couleurs, peu importe", affirme l’une d’entre eux. Pour certains, c’est l’occasion de faire un petit détour par les champs pour faire plaisir à son hôte à l’arrivée. "On est de passage et on va chez ma fille en même temps. Je vais lui en ramener quelques-unes", ajoute une autre cueilleuse. 

L’autre avantage de ce concept est que l’on peut choisir des fleurs fermées ou ouvertes. Elsa et Amandine, sollicitées dans notre sujet, confectionnent un bouquet pour leur grand-mère. "On choisit des fleurs fermées parce qu’elles restent plus longtemps. On cherche des couleurs rose, jaune et orange", indiquent-elles. Leur mère est, elle aussi, conquise. "Je trouve ça très joli, les fleurs sont très belles, elles se gardent très bien, beaucoup mieux que dans le commerce d’ailleurs et puis le fait de les avoir cueillies nous-même, c’est sympa", approuve-t-elle.  

Lire aussi

La saison des tulipes est bientôt terminée, mais ne vous inquiétez pas, les pivoines et les lys pointeront bientôt le bout de leurs pétales. Ce concept est répandu un peu partout en France. Il est particulièrement développé en région Haut-de-France qui a créé la communauté Cueillette Fleurie. Vous avez possibilité de retrouver les adresses des agriculteurs de cette région sur la page Facebook du collectif.   

Ce sujet vous intéresse ? Découvrez le podcast "Au cœur des Régions" de Jean-Pierre Pernaut

Écoutez le podcast votre plateforme d’écoute préférée :

Sur APPLE 

Sur SPOTIFY

Sur DEEZER

Jean-Pierre Pernaut vous propose de traverser de magnifiques paysages, de découvrir des traditions et des terroirs gourmands. Partez à la rencontre de personnages passionnés et d’histoires passionnantes. Un voyage sonore pour goûter au charme et aux richesses de notre beau pays.


LT

Tout
TF1 Info