Le 20h

Agriculture : pourquoi la filière bio est en crise

TF1 | Reportage J. Roux, P. Geli, A. Janssens, T. Corignet, J. Duong, P. Rousset, P. Lormant, M. Lezis, S. Deshaies, J. Labrouche
Publié le 10 février 2022 à 11h30
JT Perso

Source : JT 20h Semaine

Pendant plusieurs années, le marché bio a connu une forte croissance, incitant les agriculteurs à se convertir.
Mais en 2021, les ventes ont baissé pour la première fois.
Les producteurs s'inquiètent pour l'avenir de leurs exploitations.

Patrick Hamon n'imaginait pas subir un tel coup dur lorsqu'il s'est lancé dans l'élevage de poules bio il y a quatre ans. Depuis quelques mois, ses œufs se vendent moins bien. Leur prix de vente a baissé de 2,04 euros la boite de six l'an dernier contre 1,92 euros aujourd’hui. Mais dans le même temps, les charges énergétiques et le coût de l'alimentation de ses poules ont augmenté. "L'aliment a pris 40% d'augmentation sur un an. Mon inquiétude est de voir mon élevage déclassé et de devoir retourner en conventionnel, parce que mes charges sont trop importantes. Elles représentent le double d'un élevage conventionnel".

Les producteurs estiment qu'il y a plus d'un million de poules bio en trop face au besoin des consommateurs. Ce coup de froid sur la demande inquiète aussi Dominique Perdereau. Ce céréalier vend actuellement son blé 350 euros la tonne contre 500 euros l'an dernier. "J'espère simplement que c'est une crise passagère, parce que sinon il faudrait qu'on arrête certaines productions au profit de cultures nettement moins onéreuses en termes de main d'œuvre, comme de la luzerne pour l'industrie, de façon à baisser nos coûts de production"

La filière laitière n'est pas épargnée. Elle fait face à une crise de surproduction alors que la consommation de lait bio a baissé de 7% en 2021.

Lire aussi

Pour certains produits, la baisse des ventes est spectaculaire : -18% sur la farine bio, -12% sur le beurre, et -11% sur les fruits et légumes. La filière bio est-elle en crise ? "Ne soyons pas alarmistes, puisqu'on observe de toute façon un repli sur les filières alimentaires. Par exemple, la farine en général, c'est moins 20%. Par ailleurs, l'horizon annuel n'est pas la bonne échelle de temps pour évaluer le bio. Il faut trois ans pour se convertir et en général, on vend sa production sur trois à cinq ans. On reste vigilant, mais gardons en tête que le temps de la production agricole n'est pas forcément le temps de la consommation", explique Laure Verdeau, directrice de l'Agence Bio.

Pour relancer la consommation, la filière compte aussi sur les cantines publiques qui doivent obligatoirement servir 20% de produits bio depuis le 1er janvier.


TF1 | Reportage J. Roux, P. Geli, A. Janssens, T. Corignet, J. Duong, P. Rousset, P. Lormant, M. Lezis, S. Deshaies, J. Labrouche

Tout
TF1 Info