Au cœur des régions

"Si on reste plusieurs minutes, on y laisse sa vie" : les algues vertes, un fléau sans fin sur cette plage bretonne

TF1 | Reportage P. Géli, P.F. Watras
Publié le 7 janvier 2022 à 16h32
JT Perso

Source : JT 13h Semaine

MARÉE VERTE - Jamais la plage d'Hillion, dans la baie de Saint-Brieuc (Côtes-d'Armor) n'était restée aussi longtemps fermée à cause des algues vertes. Impossible, depuis 6 mois, d'endiguer ce phénomène pestilentiel et potentiellement toxique pour l'homme.

Les barrières qui bloquent l'accès à la plage sont là depuis maintenant six mois. Un bien triste record : les algues vertes s'éternisent et la grève de sable blanc d'Hillion, dans la baie de Saint-Brieuc, ressemble désormais à un marécage pestilentiel. "Ça me fait mal au cœur, parce que nous au début, on se baignait. Maintenant, ça fait des années qu'on ne le fait plus", lance une femme interrogée par TF1 dans le reportage en tête de cet article. "Les odeurs, ce n'est pas agréable. À marée haute, on ne sent pas, mais à marée basse, c'est infernal", souligne un autre.

André Ollivro se bat contre les algues vertes depuis 20 ans. Ce lanceur d'alerte assure n'avoir jamais vu ça : "En hiver, c'est la première fois qu'il y a autant d'algues vertes. La faune et la flore ont disparu, les rochers sont à nu maintenant, il n'y a plus de bigorneaux... Ce qui me choque, c'est que tout ça empêche la biodiversité marine de se développer". Et cette marée verte est aussi potentiellement toxique pour l'homme. "Il ne faut pas rester là, indique André Ollivro à l'équipe de TF1 après avoir consulté son détecteur de gaz. Il y a eu une production de sulfure d'hydrogène, ce gaz très toxique, et si on reste plusieurs minutes, on y laisse sa vie".

Lire aussi

L'algue verte prolifère quand elle n'est pas ramassée. En une journée, elle redéveloppe trois fois sa surface. Le maire d'Hillion l'assure, la commune fait tout son possible sur les plages. "Le ramassage, il est fait quotidiennement, explique Mickaël Cosson (divers centre). Sur une zone rocheuse, vous ne pouvez bien évidemment pas aller avec un tracteur. Et sur une zone vaseuse, vous allez vous y enfoncer. C'est pour cela qu'on se retrouve avec des difficultés de ramassage."

Les algues vertes surviennent traditionnellement avec les fortes chaleurs. Les habitants craignent un nouveau déferlement au printemps...


TF1 | Reportage P. Géli, P.F. Watras

Tout
TF1 Info