"On les offre, c'est plus simple" : l'Alsace croule sous les tomates

TF1 | Reportage Irvin Blonz, Jospeh Pasquier
Publié le 8 août 2022 à 17h18
JT Perso
Comment désactiver votre Adblocker
  • Cliquez sur l'icône de votre Adblocker installé dans votre navigateur. En général elle se trouve dans le coin supérieur droit de votre écran. Si vous utilisez plusieurs adblockers, veillez à bien tous les désactiver pour pouvoir accéder à votre vidéo.
  • Suivez les instructions indiquées par votre Adblocker pour le désactiver. Vous devrez peut-être sélectionner une option dans un menu ou cliquer sur plusieurs boutons.
  • Lorsque votre Adblocker est désactivé, actualisez votre page web.
  • Remarque : Si vous utilisez le navigateur Firefox, assurez-vous de ne pas être en navigation privée.
adblock icone
Un bloqueur de publicité empêche la lecture.
Veuillez le désactiver et réactualiser la page pour démarrer la vidéo.

Source : JT 13h Semaine

Les conditions climatiques sont particulièrement favorables à la croissance des tomates.
En Alsace, elles arrivent toutes à maturation en même temps.
Le JT de TF1 a rencontré des maraîchers qui cherchent donc des débouchés pour écouler les tonnes de récoltes en trop.

Elles arrivent toutes en même temps. Dans une serre de tomates, les fruits rouges garnissent les plants. Jamais la récolte n'avait été aussi bonne. La floraison du printemps a été excellente. La chaleur de l'été les a gorgées de soleil. Elles ont donc muri plus vite. Depuis dix jours, les maraîchers ne cessent de remplir des caisses de tomates. Environ 70% de leur production sont écoulés en vente directe. Le problème, c'est que beaucoup de leurs clients sont partis en vacances. Ils se retrouvent donc avec du stock sur le bras. "On a environ quatre de tonnes de tomates par semaine, quand ça déborde, ça déborde. On ne peut pas en manger matin, midi et soir", confie dans le reportage en tête d'article, Eric Mercier, maraîcher bio à Porte-du-Ried (Haut-Rhin).

Lire aussi

Alors, pour éviter la surdose, le producteur cherche des solutions. Une partie de ses tomates bio sera transformée en coulis, mais pas question de jeter le reste. Alors, il a décidé de les offrir aux soignants de l’hôpital de Colmar, des personnes qui donnent aussi beaucoup pour les autres. Un geste important pour ce producteur. "Surtout qu'il y a une équipe formidable qui a travaillé pendant plusieurs mois sur cette culture, il est hors de questions de leur dire qu'on a jeté les tomates qu'ils ont récoltées. Alors, on les offre, c'est plus simple," explique-t-il. Ce trop-plein pourrait se répéter l'été prochain s'il fait encore très chaud. L'agriculteur envisage donc de planter moins de tomates.


TF1 | Reportage Irvin Blonz, Jospeh Pasquier

Tout
TF1 Info