C'est désormais la carte postale des hortillonnages l'été.
Des bateaux bien remplis et de plus petites barques ou des canoës loués à la journée par des visiteurs.

Dans son jardin, Michel les voit tous les jours et souvent le tourmentent. "J'en ai ras-le-bol, on n'est plus chez nous", lance-t-il. Même si le passage est privé, les touristes ont pourtant le droit de naviguer. Ils sont environ 200.000 chaque saison. Pour la plupart des 1 300 propriétaires de parcelles, c'en est trop. Alors, Michel a trouvé une solution : des panneaux. Sur son chemin, il croise un couple en barque. Ils réagissent face à la colère du propriétaire : "On peut aussi les comprendre, ça peut être contraignant, mais pour nous touristes, on a envie de voir un petit peu quand même".

Et ils ne sont pas les seuls. Cette association organise des visites guidées très prisées. Le gérant est conscient du problème, il a instauré des règles : "La saison commence en avril, elle va se terminer en octobre, il est hors de question d'ouvrir plus longtemps. On a redéfini des horaires de visite le matin, des horaires le soir". Pour lui, le tourisme doit être régulé, mais pas évité. Car une partie des revenus servent à entretenir ce marais de 300 hectares unique en Europe.


TF1 | Reportage V. Lamhaut, C. Yzerman

Tout
TF1 Info