Pour les connaisseurs, le pissenlit est la première salade de l'année et il annonce du printemps.
Dans la campagne alsacienne, les cueilleurs sont au travail, un travail difficile et minutieux, mais toujours récompensé.

D’abord, il faut casser la terre avec cette drôle de machine pour sectionner les racines du pissenlit. C’est alors que les feuilles apparaissent. Jusqu’ici protégées de la lumière, elles doivent encore être jaunes. Avec les genoux à terre, le travail est pénible. Une motte de deux kilos, d’une terre très riche et gorgée d’eau, fournit quelques grammes de verdures seulement. Et pour récolter les pissenlits, il ne faut pas avoir peur de se salir les mains. Ligne par ligne, ils progresseront ici pour un bon mois encore.

La saison des pissenlits est l'une des préférées de Marthe Kehren, fermière de Fessenheim-le-Bas (Bas-Rhin). Ce que la nature lui donne, elle l’accueille comme un cadeau du ciel. Et elle aime le partager. Dans sa ferme, le pissenlit est vendu à moins de dix euros le kilo.

Le pissenlit est une cure détox à lui tout seul. La salade de pissenlits à l’alsacienne est agrémentée de petit lardons grillés, déglacés au Melfor, le vinaigre local. Sans oublier l’œuf poché, quelques croûtons et des oignons frais, on a une belle salade de saison qui met tout le monde de bonne humeur.


TF1 | Reportage J. Rieg, L. Claudepierre

Tout
TF1 Info