Le 13H au jardin

Qu’est-ce que les Saints de glace, que la météo fait mentir cette année ?

LT | Reportage TF1 Cécile Madronet, Pascal Schély
Publié le 12 mai 2022 à 11h04
JT Perso

Source : JT 13h Semaine

La période des Saints de glace a débuté mercredi et se termine vendredi.
Mais les proverbes de ce traditionnel repère des jardiniers ont tout faux cette année.

"Saint Servais, Saint Pancrace et Saint Mamert font à trois un petit hiver". Plusieurs dictons populaires recommandent d’attendre que les Saints de glace soient passés pour repiquer les plants en pleine terre. Selon une croyance populaire remontant au Moyen-Age, durant ces trois jours du mois de mai, le risque de froid et de gelées est en effet particulièrement important. C’est pourquoi le jardinier doit s’en méfier. 

Ces trois Saints sont Saint Mamert, archevêque de Vienne au Vᵉ siècle, fêté le 11 mai, Saint Pancrace, patron des enfants, le 12 mai et Saint Servais, évêque du diocèse de Tongres au IVᵉ siècle, le 13 mai. Mais ne les cherchez pas dans le calendrier : il a été remanié en 1960 par l’Église catholique. Aujourd’hui, ces dates correspondent à Sainte Estelle, Saint Achille et Sainte Rolande. Au Moyen-Age, les gens priaient ces Saints pour qu’ils protègent leurs cultures et plantations. 

Une autre explication à ces proverbes, plus scientifique cette fois, affirme qu’au mois de mai, le ciel se dégage de plus en plus en présence d’anticyclones. La perte de chaleur en fin de nuit est donc plus importante, car la couverture nuageuse ne remplit plus son rôle de conservation de la chaleur accumulée dans la journée. 

"C’est exceptionnel cette année"

En ce 11 mai 2022, dans les jardins de Saint-Cyr-sur-Loire (Indre-et-Loire)  où se rend le 13H de TF1 dans la vidéo en tête de cet article, la météo n’a rien à voir avec celle de l’an dernier. "On avait les moumoutes, les gants et tout. C’était vraiment un temps de Saints de glace", lance Jean-Paul, membre de l'Amicale des Petits Jardiniers de la commune. Même si la météo estivale actuelle fait mentir les dictons, il attendra néanmoins la semaine prochaine avant de mettre ses tomates en pleine terre, parce qu'"à partir du 15 mai, il n’y a pas de grosses variations de températures entre la nuit et le jour", ce que "la plante n’aime pas du tout", explique-t-il. Un autre jardinier, Christian, préfère lui aussi patienter, pour peaufiner son système d’arrosage face à la sécheresse qui guette. Mais Daniel, lui, commence déjà à planter ses tomates sans même attendre vendredi, jour de la saint-Servais. "Il y a un proverbe qui dit à la Saint-Servais, point d'été, et après la Saint-Servais, pas de gelée", rappelle-t-il. Mais "là, c’est exceptionnel cette année, c’est la première fois qu’on voit ça". 

Lire aussi

Un tel temps pour la saint-Servais est-il si exceptionnel ? La météo s’est penchée sur la question. Ses statistiques prouvent que le risque de gelées durant ces trois jours-là n’est pas plus important que durant ceux qui précèdent ou qui suivent. C’est plutôt sur toute la période de la première quinzaine de mai qu’il faut être vigilant. Selon Météo France, en 2020, la France avait connu un net rafraîchissement, mais peu de gelées. Il en est de même pour 2019, avec toutefois des gelées les 4 et 7 mai, avant les Saints de glace donc. En 2018, en revanche, le phénomène s’était confirmé. La période avait auparavant été plutôt douce durant les années 2017 et 2016, alors qu’il avait fait très chaud en 2015. Les trois années précédentes, un rafraîchissement avait été observé. C'est en 2010 que les Saints de glace avaient véritablement justifié leur réputation, avec des gelées précisément les 12 et 13 mai.


LT | Reportage TF1 Cécile Madronet, Pascal Schély

Tout
TF1 Info