La commune de Mont-Saint-Martin, en Meurthe-et-Moselle, va se retrouver sans assurance à la fin du mois.
Durement touchée par les émeutes l'été dernier, elle ne trouve aucun organisme acceptant de protéger ses bâtiments.
Une équipe de TF1 a assisté à l'opération "ville morte" organisée ce mardi.

À Mont-Saint-Martin (Meurthe-et-Moselle), personne n'a oublié les émeutes de juin et juillet 2023. La ville est aujourd'hui le théâtre d'une opération "ville morte". "Nous avons décidé de réagir avant qu'il ne soit trop tard", explique son maire, Serge de Carli, souhaitant "alerter" sur la situation "ubuesque" qui voit la commune risquer de perdre son assurance au 30 juin.

À la suite des émeutes qui avaient touché cette ville de 10.000 habitants frontalière du Luxembourg en juin et juillet 2023, l'assureur de la commune, Groupama, lui avait signifié en août le non-renouvellement de son contrat d'assurance au 1ᵉʳ janvier. Une prorogation de six mois avait ensuite été actée, mais ce délai prend fin le 30 juin. Pour les habitants, interrogés dans le sujet de TF1 ci-dessus, c'est "la double peine" : "Personne ne comprend cette position des assureurs", dit l'un d'eux. 

19 jours pour trouver une solution

Une procédure de marché public a été lancée via un appel à candidatures, mais la commune n'a reçu aucune réponse. Un problème face aux salles de classe saccagées et qui, aujourd'hui, sont symboliquement inoccupées. "Si un plafond tombe ou quoi que ce soit, comment fait-on, puisqu'il n'y a pas d'assurance ?", questionne une habitante dans le sujet du 13H. "Les parents ne couraient pas le risque de mettre leurs enfants à l'école." Sans assurance, une épicerie solidaire pourrait fermer, l'activité de l'hôpital serait aussi impactée, car les naissances et les décès sont à déclarer à l'état civil de la mairie. 

Les émeutiers avaient tout cassé et la commune arrive à la fin de son contrat d'assurance. Les 30 voitures communales, les 150 employés et les 35 bâtiments ne seront bientôt plus assurés : "On nous place dans une situation invraisemblable", se désole le maire Serge de Carli à TF1. Il reste 19 jours à Mont-Saint-Martin pour trouver une solution. Sinon, déplore l'édile, "je ferme tout".


La rédaction de TF1info | Reportage TF1 : Guillaume Gruber et Vincent Ruckly

Tout
TF1 Info