Au cœur des régions

"On ne peut plus profiter de notre jardin" : les riverains ne supportent plus le bruit du circuit d’Albi

TF1
Publié le 2 mars 2021 à 18h35, mis à jour le 3 mars 2021 à 10h35
JT Perso

Source : JT 13h Semaine

DISCORDE - Des riverains d'Albi, dans le Tarn, se plaignent depuis des années de la piste du circuit automobile et des courses trop bruyantes. Au mois de janvier, ils ont raison, le circuit étant condamné à 71.000 euros d'amende pour "nuisances sonores".

C’est une histoire qui dure depuis les années 1930. À l’époque, les courses se déroulaient au cœur de la ville, avant la construction du circuit en 1962. À Albi, les courses automobiles font partie du patrimoine. Un patrimoine aujourd’hui menacé, alors que le circuit est devenu trop bruyant et dépasse les réglementations du code de la Santé. Ainsi, à Albi et dans le village du Séquestre, 5000 habitants seraient touchés par ces nuisances sonores.

Si les maisons ont été construites après le circuit, les conventions limitaient, à l’époque, le nombre de jours "bruyants", comme l’indique Christian Houlès, habitant du Séquestre, au micro de TF1 : "La première convention a été signée en 1984. Elle disait 'quatre courses automobiles ou motocyclistes par an'." Depuis 2015 et la privatisation du circuit, les événements bruyants se sont multipliés et ont empoisonné le quotidien des habitants.

Lire aussi

"C’est comme si on avait acheté une maison sans jardin. On ne peut plus venir dans le jardin quand il y a du bruit trop important. C’est insupportable", se désole-t-il, avant d’ajouter : "Ça n’était pas un problème, c’était un plaisir, une fête. Mais maintenant, c’est devenu une punition." Ainsi, pour la première fois, la justice française a prononcé en janvier dernier une peine pour nuisances sonores, condamnant l'exploitant du circuit à un montant total de 71.000 euros d'amende.

Pour soutenir la piste, une pétition a été créée, alors que les gérants ont bâti un mur anti-bruit et planchent sur de nouvelles solutions. "On a travaillé sur des solutions techniques, par exemple le système d’échappement, afin de réduire les émissions sonores", explique Gregor Raymondis, directeur général du circuit d’Albi. Des mesures insuffisantes pour le voisinage. Ayant fait appel du jugement, les responsables du circuit craignent désormais que cette décision s’applique à d’autres.


TF1

Sur le
même thème

Articles

Tout
TF1 Info